Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Aphonie : fonctionnelle, organique, psychogène, vraie

Expert médical de l'article

Oncologue, oto-rhino-laryngologiste
, Rédacteur médical
Dernière revue: 18.10.2021

La perte de la capacité de prononcer une voix est appelée aphonie. Dans le même temps, une personne ne parle que dans un murmure, sans enrouement, respiration sifflante, caractéristique des troubles dysphoniques. Tous les patients aphoniques doivent être surveillés attentivement. Des mesures thérapeutiques sont mises en œuvre, en fonction des causes de la violation. Un traitement compétent et rapide vous permet de retrouver rapidement votre voix sans perdre ni déformer le ton. [1]

Épidémiologie

Les troubles de la voix sont souvent la raison de consulter un médecin : environ 0,25% de tous les patients ambulatoires et plus de 3% de tous les patients en oto-rhino-laryngologie consultent des médecins pour se plaindre de tels troubles. De plus, de nombreux cas d'aphonie sont liés à des pathologies récurrentes (plus de 10 %). Selon les observations cliniques, l'aphonie, quelle que soit son origine, est étroitement associée à un facteur de stress, les troubles mentaux (le plus souvent - avec des troubles anxieux-dépressifs).

Selon diverses statistiques, la prévalence des maladies phoniatriques est estimée à 3-9%, et tout au long de la vie, une aphonie à un degré ou un autre survient chez 15-28% des personnes.

La perte de la voix est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Distribution chez les patients pédiatriques - de 3 à 45% et chez les personnes âgées de 70 à 80 ans - jusqu'à 35%. Néanmoins, aucune dépendance univoque du développement de l'aphonie sur l'âge n'a été trouvée.

Au cours de la dernière décennie, les médecins ont constaté une forte augmentation du nombre de patients présentant des troubles fonctionnels de l'appareil vocal. Cela est dû, selon les experts, à une augmentation de la charge sur le système nerveux et le psychisme humain. Les pathologies laryngées qui compliquent la communication verbale affectent négativement les performances et augmentent les risques d'inaptitude professionnelle.

Causes aphonie

Les raisons de l'apparition de l'aphonie sont différentes, par exemple :

  • Processus inflammatoires affectant le larynx (laryngite aiguë ou chronique, laryngotrachéite). La réponse inflammatoire se traduit par un œdème, qui supprime la fonction des cordes vocales.
  • L'intoxication chimique provoque des lésions tissulaires et un œdème en tant que réaction allergique post-inflammatoire.
  • Les processus tumoraux dans la région du larynx du type de fibrose ou de papillomatose, ainsi que le cancer du larynx, ainsi que l'oncologie péri-laryngée - par exemple, les tumeurs de la trachée ou de l'œsophage.
  • Lésions traumatiques de la région laryngée et des cordes vocales - en particulier, traumatismes dus à la pénétration de corps étrangers, ou à la suite de manipulations chirurgicales ou de réanimation (exemple : trachéotomie et intubation). [2]
  • Paralysie périphérique, lésion du nerf récurrent lors d'une intervention chirurgicale pour des processus tumoraux ou un dysfonctionnement de la thyroïde.
  • Paralysie centrale, caractéristique des accidents vasculaires cérébraux, traumatisme cranio-cérébral, cancer, infections microbiennes, intoxication. [3]
  • Myopathies et autres troubles musculaires affectant les cordes vocales.
  • Paralysie laryngée conditionnée hystériquement causée par des états d'hypo ou d'hypertonie dans les névroses, la psychose, l'hystérie, la neurasthénie.
  • Tension excessive des cordes vocales, absence de traitement de la dysphonie.
  • Risques professionnels : exposition aux fumées toxiques, à la vapeur et aux gaz.
  • Facteurs psychogènes: peur intense, stress nerveux, situation de conflit accompagnée d'un fort choc émotionnel, ainsi que d'autres conditions qui contribuent à la libération d'un grand volume d'adrénaline dans la circulation sanguine avec une expansion de la zone d'excitation dans le cortex cérébral.

Les experts appellent la cause immédiate de l'aphonie la fermeture absente ou insuffisante des cordes vocales. Une telle violation est provoquée par des facteurs fonctionnels ou organiques.

Facteurs de risque

Les facteurs provoquants pouvant conduire au développement de l'aphonie peuvent être :

  • faiblesse, labilité du système nerveux, tendance à ressentir douloureusement le stress, querelles, ressentiments;
  • baisses fréquentes forcées de l'activité vocale (du discours fort et des cris au silence prolongé complet);
  • laryngite fréquente, amygdalite;
  • utilisation à long terme de stéroïdes anabolisants;
  • travailler dans des conditions de bruit constant, ou rester dans des ateliers chauds enfumés, des pièces poussiéreuses avec une mauvaise ventilation ;
  • travail associé à un séjour régulier dans la rue (y compris pendant la saison froide);
  • enfants et vieillesse;
  • mauvaises habitudes (principalement fumer et boire de l'alcool);
  • maladies du tube digestif ou de la glande thyroïde;
  • malformations congénitales dans le développement du larynx.

Pathogénèse

Le mécanisme vocal regroupe tous les organes impliqués dans la création et la reproduction des sons. L'un de ces organes est le larynx. À travers la glotte, formée par les cordes vocales adjacentes, l'air s'écoule des poumons. Dans ce cas, les caractéristiques vocales de base sont déterminées par le degré de pression de l'air, la fréquence vibratoire des ligaments élastiques, ainsi que la taille de leur ouverture. La tonalité, le timbre et le volume de la voix dépendent de ces indicateurs.

La production vocale est entièrement contrôlée dans le cortex cérébral et le système nerveux central. C'est à cela que sont associés les facteurs déclenchants psychogènes fréquents du développement de l'aphonie. Le mécanisme oronosopharyngé et les sinus paranasaux jouent également un rôle dans la formation du son vocal, mais ils n'affectent pratiquement pas l'apparition de l'aphonie.

Puisque la voix est une vibration sonore à une certaine fréquence, qui est le résultat de vibrations des cordes vocales sous l'influence du flux d'air, lorsqu'elles sont insuffisamment fermées, aucun son ne se forme, puisqu'il n'y a pas de résonance. En termes simples, l'essence de l'aphonie réside dans la non-adhérence des cordes vocales les unes aux autres. En général, l'aphonie est divisée en plusieurs types, selon la cause du trouble.

Le manque de résonance est en grande partie dû à l'état du tonus musculaire. Cela détermine des types de pathologies tels que l'aphonie hypotonique et hypertonique.

Le type fonctionnel d'aphonie est considéré comme réversible, bien que chez certains patients, ce trouble entraîne des modifications organiques du larynx. Par exemple, une hypotonie prolongée ou une aphonie de type psychogène entraîne le développement d'une laryngite atrophique avec formation d'un sillon ligamentaire élastique. Parallèlement à cela, une phonation des faux plis se forme, entraînant une hypertrophie des plis vestibulaires. [4]

Symptômes aphonie

Avec l'aphonie fonctionnelle (non organique), le patient a une toux vive, ce qui indique la présence d'une fonction de formation de la voix. L'instabilité, l'instabilité des modifications douloureuses de la région du larynx est typique: l'œdème formé, la rougeur, l'induration des cordes vocales et leur fermeture incomplète sont toujours temporaires, transitoires.

Avec une origine organique du trouble, les symptômes sont stables, et l'oto-rhino-laryngologiste note le même tableau clinique à chaque examen. De plus, presque toutes les aphonies sont caractérisées par des troubles de la sensibilité : les patients notent une sensation de sécheresse des muqueuses, une sensation de pression ou de corps étranger dans la gorge, et parfois des douleurs. [5] Dans tous les cas, il existe une symptomatologie névrotique générale :

  • irritabilité accrue;
  • sautes d'humeur;
  • les troubles du sommeil;
  • méfiance;
  • pensées négatives, humeur pessimiste.

L'aphonie fonctionnelle se fait le plus souvent ressentir à la suite d'une laryngite aiguë chez des patients sujets aux névroses. Dans une telle situation, la perte de la capacité de parler à haute voix est assez stable, malgré le fait que les signes douloureux locaux de la laryngite soient déjà absents.

Chez certains patients, le type fonctionnel d'aphonie se développe à un moment, brutalement, sous l'influence d'une émotion forte, de la peur, du stress.

Pour les pathologies fonctionnelles, les signes neurologiques généraux et locaux sont caractéristiques. Les symptômes neurologiques généraux comprennent :

  • anxiété, humeur maussade, sentiments;
  • l'oppression, toutes sortes de peurs et de pessimisme;
  • irritabilité, irascibilité, instabilité de l'humeur;
  • détérioration du sommeil, apathie.

Les signes locaux sont des troubles sensoriels et sécrétoires.

La véritable forme de pathologie est notée dans le contexte de troubles laryngés, dans lesquels il y a une mauvaise fermeture ou une vibration insuffisante des cordes vocales, qui est le résultat de maladies inflammatoires, de tumeurs ou de processus cicatriciels. De plus, l'aphonie peut être l'un des premiers symptômes du croup dans la diphtérie.

Aphonie chez les enfants

Les violations de la fonction vocale chez les enfants sont étroitement liées au développement de tout l'organisme, avec la formation des systèmes nerveux et endocrinien, de l'appareil respiratoire et articulatoire. Les troubles vocaux organiques centraux peuvent être déclenchés par une paralysie ou une parésie des cordes vocales. Souvent, ces troubles sont typiques des patients atteints de paralysie cérébrale.

Les troubles organiques périphériques sont plus souvent causés par divers processus inflammatoires, ainsi que par de telles pathologies :

  • laryngite;
  • lésions traumatiques, y compris les brûlures du larynx ;
  • paralysie périphérique et parésie;
  • néoplasmes dans le larynx;
  • modifications cicatricielles postopératoires, sténose laryngée.

Entre autres raisons : peur intense, choc, stress, stress psycho-émotionnel et vocal excessif. De plus, l'aphonie survient souvent dans le contexte de pathologies respiratoires - surtout si, pendant le traitement, l'enfant n'a pas adhéré à un mode vocal épargnant.

En cas de troubles organiques, les enfants se voient prescrire un traitement médicamenteux général et local. Une méthode courante et nécessaire consiste également à travailler avec un psychologue et un orthophoniste. De tels cours doivent être effectués le plus tôt possible, ce qui permettra d'obtenir le résultat le plus positif et d'éviter la fixation des troubles de la voix et le développement de réactions névrotiques. [6]

Les principales mesures thérapeutiques pour la correction de l'aphonie chez l'enfant:

  • travailler avec un psychothérapeute et un orthophoniste;
  • exercices de respiration;
  • gymnastique articulatoire;
  • exercices phonopédiques;
  • massages (dont le massage dit « d'orthophonie »).

Étapes

La formation de la voix se fait par étapes :

  • J'Art. - l'air s'accumule dans les poumons et est expiré par la cavité laryngée.
  • II Art. - en passant par la glotte, l'air provoque des vibrations vibratoires des cordes vocales : une voix se forme.
  • III Art. - le son formé s'étend à la zone du palais, de la langue, des dents et des lèvres : la parole se forme.

Toute violation de ce mécanisme de reproduction vocale entraîne une modification de la voix et, en particulier, le développement de l'aphonie.

Formes

Étant donné que de nombreuses causes et mécanismes de l'apparition de l'aphonie sont connus, les médecins identifient la maladie selon les types suivants:

  • L'aphonie fonctionnelle est une conséquence de troubles mécaniques réflexes, d'une tension excessive des cordes vocales (chant fort, cris, hurlements). La catégorie des dysfonctionnements vocaux fonctionnels comprend également l'aphonie psychogène, dont les causes sont une surcharge psycho-émotionnelle ou stressante. Le plus souvent, cette forme de la maladie est diagnostiquée chez les patientes et chez les enfants. L'aphonie hystérique a approximativement le même mécanisme de développement, dans lequel la voix est perdue, mais une personne est tout à fait capable de tousser ou de rire fort. Le dysfonctionnement de type hystérique se développe à la suite de l'impact d'une puissante impulsion nerveuse sur le service responsable des processus de phonation. [7]
  • La véritable aphonie (alias laryngée) se développe lorsque le larynx est affecté par toutes sortes de maladies infectieuses. En particulier, il peut s'agir d'aphonie avec laryngite ou croup diphtérique. Parmi d'autres raisons, la véritable forme de pathologie peut être appelée paralysie laryngée musculaire, qui survient à la suite de troubles de la circulation cérébrale ou d'une lésion cérébrale traumatique. Une cause moins fréquente est les processus tumoraux qui empêchent une fermeture et une oscillation adéquates des plis.
  • L'aphonie d'origine centrale fait référence aux variantes fonctionnelles de la maladie. Le trouble survient brutalement, sous la forme d'une réaction à un traumatisme psychologique chez les personnes ayant une tendance à l'hystérie. La non-fermeture des cordes vocales lors du diagnostic révèle une variabilité, qui est l'un des signes de l'origine psychogène de la pathologie. Ce type d'aphonie peut exister pendant une longue période, mais même après la restauration de la fonction vocale, des rechutes ne sont pas exclues.

Il existe également des aphonies centrales d'origine organique, dont les causes sont la paralysie cérébrale, la paralysie cérébrale, la dysarthrie.

  • L'aphonie spasmodique est causée par un spasme musculaire du larynx. À la suite de la contraction spastique, l'espace situé entre les ligaments élastiques se rétrécit, ce qui rend les vibrations vibratoires impossibles. La variante spastique se caractérise par une douleur laryngée, une difficulté à avaler. [8]

Complications et conséquences

Certains types d'aphonie - par exemple, ceux associés à une altération de l'innervation de la région laryngée ou à une tumeur maligne du larynx - peuvent entraîner une perte complète de la fonction vocale.

Si la voix est perdue en raison de pathologies infectieuses et inflammatoires des organes ORL, ou à la suite de situations stressantes, alors dans de tels cas, il y a toutes les chances pour sa restauration, à condition que la maladie sous-jacente soit traitée rapidement et avec compétence.

L'apparition de l'aphonie dans l'enfance est particulièrement dangereuse. Si une telle violation est persistante et dure longtemps, cela peut affecter négativement la parole et le développement cognitif de l'enfant, compliquer la communication sociale et quotidienne. Chez les patients adultes, l'aphonie entraîne des difficultés dans l'exercice des fonctions professionnelles.

L'aphonie psychogène est particulièrement sujette à la consolidation et à une existence plus stable. Cela entraîne le développement d'un trouble chronique de la voix, avec des exacerbations régulières et fréquentes. Chez ces patients, le fond émotionnel diminue souvent, le négativisme et le pessimisme sont notés: les patients refusent de croire au succès du traitement, des états dépressifs se développent.

Diagnostics aphonie

L'examen diagnostique d'un patient aphonie commence par une enquête, au cours de laquelle le médecin découvre les causes les plus probables, les facteurs déclenchants de l'apparition du trouble, ainsi que les problèmes associés. Par exemple, le médecin doit clarifier la présence d'un mal de gorge, de larynx, de transpiration, de sensation de brûlure, de faiblesse générale, etc.

Le médecin doit examiner attentivement la tête et le cou du patient pour détecter d'éventuelles formations dans le cou, la langue et la cavité buccale. La zone du larynx et les structures environnantes nécessitent une attention particulière : l'examen est réalisé par laryngoscopie indirecte, à l'aide d'un miroir et d'une source lumineuse.

Une méthode alternative peut être la laryngoscopie à fibre optique, qui vous permet d'examiner complètement le larynx et d'observer le travail des cordes vocales. Si des néoplasmes pathologiques sont détectés, une laryngoscopie directe est réalisée avec la possibilité de prélever des échantillons de biomatériau pour la biopsie.

Des diagnostics instrumentaux supplémentaires peuvent inclure la tomodensitométrie, l'imagerie par résonance magnétique nucléaire de la tête et du cou, ainsi que l'endoscopie et la radiographie pulmonaire.

Il est possible de déterminer plus clairement la qualité de la fonction laryngée à l'aide de la laryngostroboscopie, et l'électromyographie laryngée permet de déterminer ce qui a déclenché le développement de l'aphonie: détérioration de l'innervation ou pathologies musculaires. [9]

Les tests de laboratoire ne présentent pas d'anomalies spécifiques, ils prescrivent donc généralement:

  • un test sanguin clinique avec une formule leucocytaire élargie pour détecter les symptômes de processus allergiques ou infectieux-inflammatoires dans le corps;
  • un prélèvement de gorge pour identifier l'agent pathogène si un processus infectieux avec une lésion laryngée est suspecté ;
  • une étude de la teneur en hormones dans le sang (TSH, thyroxine, triiodothyronine - pour évaluer la probabilité d'une pathologie endocrinienne).

Diagnostic différentiel

La différenciation de la maladie est réalisée en collaboration avec un oto-rhino-laryngologiste, un psychologue et un psychiatre. Il est impératif d'effectuer une radiographie du larynx et de la trachée, une laryngoscopie, une trachéoscopie, une laryngostroboscopie, une endofibrolaryngoscopie, une recherche de la voix acoustique, une électromyographie et une glossographie, une évaluation de la fonction de la respiration externe.

Ces études permettent de distinguer rapidement entre dysphonie et aphonie :

  • Pour la dysphonie hypotonique avec microlaryngoscopie, une fermeture incomplète de la glotte pendant la phonation est caractéristique. La configuration de la fente peut être différente - comme un ovale oblong, une ligne ou un triangle.
  • La forme atrophique se caractérise par un amincissement des bords de la corde vocale en forme de sillon et une atrophie des cordes vocales. Au cours de la microlaryngostroboscopie, l'atténuation prédominante des vibrations phonatoriques des cordes vocales de petite et moyenne amplitude, avec une fréquence uniforme, est déterminée. Le déplacement du tissu muqueux le long du bord du pli vocal est sensiblement exprimé. Une étude acoustique révèle un raccourcissement de la durée de phonation maximale à environ 11 secondes. Aucune oscillation phonatoire n'est observée, ou il y a une asynchronie de fréquence et d'amplitude. Un des signes typiques : fermeture incomplète de la glotte.
  • La dysphonie hypertensive se manifeste par une augmentation du schéma vasculaire, une hyperémie du tissu muqueux et une interconnexion des cordes vocales pendant la phonation. Au cours de la microlaryngostroboscopie, on retrouve une phase de fermeture allongée, des oscillations de faible amplitude avec un léger déplacement des bords de la muqueuse. Avec l'hypertonie, les granulomes, les éléments nodulaires, les hémorragies et la laryngite chronique sont souvent déterminés. Les plis vestibulaires sont hypertrophiés.
  • La dysphonie mutationnelle ne donne pas toujours une image laryngoscopique. Modèle vasculaire amélioré possible des cordes vocales, ovalité de la fente pendant la phonation ou triangularité dans la région laryngée postérieure.
  • Le type abducteur de la dysphonie spastique se manifeste par des symptômes d'hyperfonctionnement: croisement des cordes vocales, phonation pseudofold, tremblement des plis, augmentation du schéma vasculaire.

Tout d'abord, la différenciation de l'aphonie avec la paralysie laryngée bilatérale et la dysphonie est nécessaire. La dysphonie désigne un trouble de la fonction vocale, qui se manifeste par un enrouement, un enrouement et des modifications de la voix. Avec une perte complète du son vocal et le passage au murmure, ils parlent d'aphonie.

Qui contacter?

Traitement aphonie

Les tactiques thérapeutiques pour l'aphonie dépendent de la cause profonde du trouble.

La véritable forme de pathologie nécessite l'élimination des néoplasmes tumoraux, l'excision du tissu cicatriciel, etc. Dans le même temps, il est nécessaire de fournir un repos vocal. La physiothérapie est indiquée.

La forme paralytique est difficile à traiter, ou ne se traite pas du tout, si la cause du problème n'est pas éradiquée (tumeur de l'œsophage, anévrisme aortique, réaction inflammatoire, etc.).

La forme spastique et fonctionnelle de la maladie nécessite une thérapie générale de renforcement tout en prenant des sédatifs. Des cours avec un psychothérapeute, des exercices de respiration et phonopédiques sont également recommandés.

La forme fonctionnelle peut nécessiter un traitement au long cours : tout dépend de la profondeur de la névrose et de l'état général du patient. Un travail régulier avec un psychothérapeute est requis. La thérapie médicamenteuse consiste à prendre des tranquillisants dans le contexte des procédures de physiothérapie. [10]

Si l'aphonie s'est développée dans le contexte d'une infection virale ou d'un rhume, des médicaments correspondant à ces maladies sont prescrits. Si, après avoir récupéré d'infections virales respiratoires aiguës ou de grippe, la voix n'est pas rétablie, des diagnostics supplémentaires sont alors prescrits.

Si la cause de l'aphonie est un dysfonctionnement thyroïdien, une consultation d'endocrinologue sera nécessaire avec une normalisation supplémentaire de l'équilibre hormonal.

Avec une combinaison de perte de voix et de toux sèche persistante, le médecin prescrit des bronchodilatateurs qui éliminent la transpiration et la gorge sèche. Une fois ces problèmes corrigés, la fonction vocale revient généralement à la normale. 

Le gonflement concomitant de l'aphonie de la gorge est éliminé par la prise de médicaments antiallergiques (antihistaminiques).

Les patients atteints d'une forme psychogène de la maladie reçoivent des consultations psychanalytiques, une thérapie de suggestion. L'entraînement autogène a un bon effet et l'hypnothérapie aide dans les cas avancés. De nombreux patients nécessitent une correction d'autres troubles qui pourraient provoquer une perte de la voix. Un rôle important est joué par une attitude positive et inculquer la confiance au patient dans le succès du traitement.

Les mesures urgentes nécessitent des cas d'aphonie dans l'enfance, qui pourraient être déclenchés par des objets étrangers entrant dans la gorge ou la région du larynx. Après avoir retiré un tel objet, le médecin doit examiner attentivement le patient pour exclure des dommages aux tissus muqueux. [11], [12]

Médicaments

Les médicaments sont prescrits dans le cadre d'une thérapie complexe, avec une condition préalable au respect d'un régime doux pour le larynx. L'utilisation de tels médicaments est possible:

  • La teinture de ginseng, de citronnelle, ainsi que d'autres stimulants et vitamines aident à éliminer l'aphonie hypotonique, à améliorer la microcirculation et à restaurer la capacité de parler.
    • La teinture de citronnelle se prend 20 gouttes trois fois par jour 15 minutes avant les repas, pendant deux semaines. Le médicament est contre-indiqué chez les enfants de moins de 12 ans. Peut provoquer des allergies.
    • La teinture de ginseng se prend dans la première moitié de la journée, 20 gouttes une demi-heure avant les repas, deux fois par jour pendant un mois. Au cours du traitement, il peut y avoir une augmentation de l'excitabilité, des troubles du sommeil, des maux de tête et une augmentation de la fréquence cardiaque.
  • Les psychotropes, les tranquillisants, les neuroleptiques, les antidépresseurs et les antispasmodiques peuvent éliminer l'aphonie hyperkinétique.
    • Adaptol est un médicament tranquillisant qui se prend 500 mg deux fois par jour. La durée du traitement est déterminée individuellement. Effets secondaires possibles : diminution de la tension artérielle, vertiges, faiblesse.
    • Tranquezipam est pris par voie orale à raison de 0,5 à 1 mg 2 à 3 fois par jour, avec une augmentation possible de la posologie. La durée du traitement est de 2 semaines, avec un arrêt progressif du médicament. Contre-indications d'utilisation : enfants de moins de 18 ans, glaucome à angle fermé.
  • Les spasmes sont éliminés avec des préparations d'acide γ-aminobutyrique et d'Aminalon.
    • Aminalon est prescrit à des doses individuelles. Le traitement peut prendre plusieurs semaines. Effets secondaires possibles : nausées, instabilité de la tension artérielle, troubles digestifs, troubles du sommeil.
  • Les vitamines et les médicaments homéopathiques peuvent accélérer la récupération et restaurer rapidement la fonction perdue.
    • Homeovox est un remède homéopathique à plusieurs composants qui se prend par voie orale entre les repas, 2 comprimés toutes les heures (le 1er jour), puis 2 comprimés cinq fois par jour. La durée du traitement est d'une semaine. Des réactions allergiques au médicament sont possibles.
  • Avec les ARVI et la grippe, des médicaments antiviraux, des immunomodulateurs peuvent être prescrits. Pour les maladies bactériennes inflammatoires, les antibiotiques, les sulfamides sont indiqués.

Traitement de physiothérapie

La physiothérapie est prescrite aux patients atteints d'aphonie selon des indications individuelles, car non seulement les particularités de l'évolution de la pathologie sont prises en compte, mais également ses causes et son stade, son âge et d'autres facteurs. Le traitement est presque toujours perçu positivement, il n'y a pas d'effets secondaires.

Les principales méthodes utilisées sont considérées comme :

  • L'inductothermie implique l'utilisation d'un champ magnétique alternatif à haute fréquence. La procédure provoque une vasodilatation dans la zone d'exposition, une accélération de la circulation sanguine, un arrêt de la réaction inflammatoire, une résorption des infiltrats. Dans le même temps, le tonus des muscles et l'excitabilité des récepteurs nerveux diminuent, ce qui provoque un effet antispasmodique, analgésique et sédatif.
  • La thérapie UHF est basée sur l'influence d'un champ électromagnétique à ultra-haute fréquence. L'UHF a un effet antispasmodique anti-inflammatoire, réduit l'œdème tissulaire, active la prolifération cellulaire et soulage la douleur. Parmi les indications de la procédure figurent l'amygdalite, la laryngite, la névrite, les processus inflammatoires aigus et chroniques des organes ORL.
  • La magnétothérapie est basée sur l'effet d'un champ magnétique alternatif à basse fréquence sur une zone spécifique du corps. La procédure fournit un effet analgésique, antispasmodique, anti-inflammatoire et anti-œdème, normalise le tonus des vaisseaux sanguins et lymphatiques, améliore le fonctionnement des systèmes autonome et endocrinien et contribue également à améliorer l'état psycho-émotionnel du patient.
  • La thérapie par ultrasons a un effet physico-chimique, mécanique et thermique faible. Les ondes ultrasonores ont un fort effet analgésique, anti-inflammatoire, antispasmodique, antihistaminique, améliorent le trophisme tissulaire.

La méthode de physiothérapie la plus courante pour traiter l'aphonie est la stimulation électrique. Cette procédure implique l'utilisation de courants d'impulsion qui modifient l'état fonctionnel des muscles et des nerfs. Grâce à la stimulation électrique, il est possible de maintenir les propriétés contractiles des muscles, d'augmenter la circulation sanguine, d'optimiser le métabolisme des tissus et de prévenir le développement de processus atrophiques. La procédure est particulièrement indiquée si l'aphonie se développe dans le contexte d'une parésie des muscles laryngés.

Les méthodes auxiliaires d'influence peuvent être :

  • thermalisme, balnéothérapie;
  • massage de la zone du cou et du col;
  • acupuncture;
  • électrosommeil.

Traitement à base de plantes

Afin de restaurer la fonction vocale avec l'aphonie, vous pouvez également utiliser des remèdes efficaces à base de plantes :

  • Prendre un demi-verre d'anis, faire bouillir environ 15 minutes dans 200 ml d'eau. Après refroidissement, le bouillon est filtré, ajoutez 1 cuillère à soupe. L. Miel et la même quantité de cognac. Ce remède est pris 10-15 minutes après les repas trois fois par jour.
  • Une décoction de fleurs de guimauve (peut être remplacée par du sirop de pharmacie) est mélangée à du miel et bue dans 1-2 cuillères à soupe. L. Trois fois par jour, en avalant un peu.
  • Ils boivent un bouillon chaud de courgettes ou de concombre avec du miel. Cela adoucira la région de la gorge et accélérera la récupération.
  • Prélever 100 g de poireaux, les hacher et les faire bouillir dans 500 ml d'eau bouillante pendant 15 minutes. Filtrez et prenez quelques gorgées plusieurs fois par jour.
  • Versez 1 cuillère à soupe. L. Herbes de thym 200 ml d'eau bouillante, maintenue sous le couvercle pendant 10 minutes, filtrée, du miel et du jus de citron sont ajoutés. Buvez pendant la journée au lieu du thé.
  • Boire une infusion d'eau bouillante et de zeste de mandarine, plusieurs fois par jour.
  • Faire bouillir dans 500 ml d'eau pendant 10 minutes ½ c. Oeillets. Ajouter le miel et le jus de citron. Il est pris chaud en quelques gorgées peu avant le coucher.

En plus d'un tel traitement pour l'aphonie, plusieurs autres règles doivent être observées:

  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme et consommation d'alcool);
  • hydrater régulièrement la région pharyngée;
  • abandonnez les assaisonnements épicés, les plats trop chauds ou trop froids;
  • éviter la tension des cordes vocales (même dans un murmure, il ne faut pas parler longtemps);
  • surveiller l'état du système nerveux, faire attention à la qualité des processus digestifs et au travail de la glande thyroïde.

Opération

L'assistance chirurgicale n'est nécessaire qu'en cas d'aphonie persistante provoquée par une hypotension : une chirurgie d'implantation ou une thyroplastie sont indiquées, qui sont réalisées pour renforcer l'adduction des cordes vocales.

La phonation des faux plis avec des plis vestibulaires hypertrophiés nécessite une élimination rapide des zones d'hypertrophie. Après l'opération, des anti-inflammatoires sont prescrits, une phonopédie et une thérapie stimulante sont utilisées pour améliorer le tonus des vraies cordes vocales.

Laryngoplastie, thyroplastie, trachéotomie - ces interventions sont indiquées pour les patients présentant une aphonie persistante, qui ne se prête pas à une correction médicale. Pour restaurer la fonction vocale, le chirurgien procède à l'excision des cicatrices, élimine les néoplasmes tumoraux.

La prévention

La prévention de l'aphonie et d'autres dysfonctionnements similaires consiste en un certain nombre de points importants. Tout d'abord, il est nécessaire de comprendre qu'une altération temporaire de la reproduction vocale, survenue à la suite d'une laryngite, d'un surmenage, d'une intoxication, ne peut disparaître sans laisser de trace que lorsque le repos et le mode d'épargne maximal sont fournis à l'appareil reproducteur sans aucune charge vocale.. Si cela n'est pas fait, l'aphonie deviendra plus stable et des problèmes mentaux secondaires s'ajouteront.

Perte temporaire de la voix dans un contexte de stress, une peur intense est souvent associée à des violations d'autres fonctions corporelles. Le plus souvent, après un certain temps, l'état de la personne se stabilise, la voix et la parole sont restaurées. Cependant, vous devez savoir qu'une telle récupération se produit généralement avec un certain retard, car les fonctions altérées d'autres organes et systèmes doivent d'abord être normalisées. Les médecins conseillent : ne vous précipitez pas. Il est préférable de sauvegarder temporairement l'appareil vocal et de donner délibérément au corps la possibilité de "reprendre conscience" par lui-même.

En général, la prévention doit consister à renforcer le système nerveux et à prévenir les névroses. Et la prévention des dysfonctionnements vocaux (y compris ceux de nature organique) vise à prévenir les causes possibles de cette violation.

Prévoir

La voix est l'un des composants les plus importants de la fonction vocale. Ce n'est pas seulement la capacité de communiquer : la voix détermine l'individualité et l'expression de soi. Par conséquent, il n'est pas surprenant que l'aphonie soit souvent causée par une pathologie mentale, des facteurs traumatiques.

Les violations des fonctions vocales peuvent avoir des conséquences différentes, selon les causes, le mécanisme de développement et la négligence du trouble. Si le trouble persiste pendant une longue période, les capacités de communication de la personne en souffrent et se détériorent. Et en l'absence de traitement, non seulement la capacité de travailler est perdue : la voix peut ne pas être restaurée du tout. Pour éviter que cela ne se produise, il est nécessaire de consulter un médecin le plus tôt possible, dès les premiers signes d'un problème.

Le dysfonctionnement fonctionnel a un pronostic favorable pour la plupart des patients. Pour la forme vraie et paralytique de la maladie, le pronostic ne peut être favorable que si la pathologie sous-jacente est guérie. L'aphonie causée par le processus inflammatoire, dans l'écrasante majorité des cas, guérit d'elle-même après avoir arrêté l'inflammation.


Le portail iLive ne fournit aucun conseil médical, diagnostic ou traitement.
Les informations publiées sur le portail sont fournies à titre indicatif uniquement et ne doivent pas être utilisées sans consulter un spécialiste.
Lisez attentivement les règles et les règles du site. Vous pouvez également nous contacter!

Droits d'auteur © 2011 - 2020 iLive. Tous les droits sont réservés.