^

Santé

A
A
A

Changements diffus dans le cerveau : qu'est-ce que cela signifie?

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 11.05.2022
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Le cerveau est le plus haut centre de régulation de tous les processus qui se produisent dans le corps humain. Ce sont sa structure complexe et ses caractéristiques de fonctionnement qui distinguent une personne des animaux, la rendent plus intelligente et plus raisonnable. Il est clair que tout changement local ou diffus dans le cerveau peut ne pas avoir le meilleur effet sur les performances de cet organe important qui contrôle le travail de tous les autres composants d'un organisme vivant. Bien qu'ici, il soit important de tenir compte du fait qu'à différentes périodes d'âge, des changements qualitatifs et quantitatifs se produisent régulièrement dans le cerveau, qui sont physiologiquement déterminés et n'impliquent pas de pathologie. Mais comment comprendre à quoi sont associés les changements dans la substance cérébrale et son activité, et vaut-il la peine de s'en inquiéter?

Cerveau humain

Quand ils disent que l'homme est l'être le plus élevé sur Terre, cela ne veut pas dire qu'il est plus fort et plus puissant que le reste du monde animal. Dans un combat avec de grands animaux prédateurs, l'avantage du pouvoir n'est souvent en aucun cas du côté d'une personne. Mais grâce à la structure complexe du cerveau et aux processus d'analyse et de synthèse des informations qui s'y déroulent, nous prenons des décisions qui aident à résister à des adversaires plusieurs fois plus forts.

Alors que le comportement des animaux est basé sur des instincts innés et des besoins élémentaires qui leur permettent de survivre et d'assurer la pérennité de l'espèce, l'homme est guidé par la raison, qui lui confère certains privilèges et lui permet de résoudre les problèmes émergents non seulement par la fuite ou l'agression., mais aussi à travers la transformation du monde.

Il semblerait que le cerveau de l'homme et des animaux supérieurs ait une structure et des fonctions similaires sur la base des mêmes principes, mais l'homme a appris à contrôler le développement de son cerveau. Après avoir étudié les principes de son travail, une personne peut contrôler ce processus et même le corriger.

Mais qu'est-ce que le cerveau humain? C'est le principal organe de régulation du système nerveux central (SNC), qui assure les fonctions mentales supérieures : perception, attention, pensée, mémoire, contrôle des sphères motrices et émotionnelles-volontaires. Toutes ces fonctions commencent à se former immédiatement après la naissance d'un enfant. La violation ou le sous-développement des fonctions mentales supérieures rapproche une personne des animaux, permet un mouvement vers l'avant.

Les principales cellules du cerveau - les neurones - ont une incroyable capacité à transmettre des informations de l'environnement à partir de récepteurs situés dans tout le corps vers le cerveau et la moelle épinière. Ceci est possible grâce aux impulsions bioélectriques générées par les corps des neurones, qui se propagent sur de longues distances en une fraction de seconde, de sorte que nous répondons presque instantanément à tout changement du monde extérieur et de l'environnement interne de notre corps.

Les influx nerveux qui forment des chaînes de foyers d'excitation et d'inhibition sont une sorte de code transmis le long des fibres nerveuses, constitué de processus neuronaux, et déchiffré par le cerveau comme guide d'action. Ce sont ces impulsions qu'une personne a appris à corriger à l'aide d'un équipement spécial (électroencéphalographes). En examinant le passage des impulsions à travers différentes parties du système nerveux central, on peut juger du fonctionnement du cerveau, c'est-à-dire son activité bioélectrique.

Des changements locaux ou focaux dans la substance du cerveau ou de son cortex provoquent des perturbations dans le fonctionnement des organes et des systèmes individuels, en fonction de l'emplacement de la lésion. Les fonctions de la vision et de l'ouïe peuvent en souffrir, la sensibilité de zones limitées du corps ou d'organes peut être altérée, il peut y avoir des problèmes de coordination des mouvements, etc. Un dysfonctionnement sévère du SNC est généralement basé sur des changements diffus dans le cerveau, c'est-à-dire troubles courants avec localisation floue, lorsque ce n'est pas une zone spécifique du cerveau qui est perturbée, mais son travail dans son ensemble, en tant que système organisé.

Le cerveau humain a subi divers changements au cours du processus d'évolution, il contient donc des formations plus anciennes et plus récentes. La partie la plus jeune du cerveau est considérée comme son cortex, qui remplit des fonctions plus responsables, distinguant de plus en plus une personne des animaux, fournissant des actions conscientes. Il est clair que les modifications locales et diffuses du cortex cérébral affectent de manière significative le bien-être d'une personne, ses capacités cognitives (ce qui est particulièrement important dans l'enfance, lorsque les concepts sur le monde qui l'entoure sont encore en formation) et sa capacité de travail. [1]

Compte tenu du rôle du cortex cérébral, il ne faut pas manquer les fonctions qui exécutent les formations sous-corticales. Les formations sous-corticales importantes incluent les noyaux basaux dans la composition de la substance blanche des hémisphères cérébraux, qui sont responsables de nos émotions et de la transmission des impulsions motrices le long des voies (faisceaux de fibres nerveuses), qui sont le résultat de l'analyse et de la synthèse d'informations sensibles transmises au cerveau par des récepteurs.

Parmi les structures médianes vitales du cerveau, on considère les suivantes: le bulbe rachidien, le mésencéphale, le diencéphale (thalamus, hypophyse, hypothalamus, épiphyse), pons varolii, formation réticulaire, organes du système limbique avec des centres nerveux situés en eux. Ces centres régulent le travail des organes de la vision et de l'ouïe, l'appareil vestibulaire, le système nerveux autonome, la coordination des mouvements, les réactions émotionnelles, etc.

Plus la profondeur des lésions cérébrales est grande, plus difficile devient son travail d'analyse et de synthèse, nécessaire à la compréhension du monde et de la vie en son sein. Grâce à la méthode de recherche électroencéphalographique, il est possible de déterminer à la fois l'étendue et la profondeur des lésions cérébrales, ce qui se reflète dans le diagnostic.

Causes changements diffus dans le cerveau :

Les causes des modifications diffuses de la conduction nerveuse du cerveau chez l'adulte peuvent être considérées comme des lésions organiques du cerveau de degré modéré et sévère, lorsque plus de 20% du tissu cérébral est affecté, ce qui entraîne divers troubles de l'activité nerveuse et neuropsychiatriques. Troubles. Les facteurs de risque des pathologies organiques du cerveau - un concept qui combine un certain nombre de troubles caractérisés par des modifications dystrophiques de la moelle avec une altération de la conduction neuronale - sont des anomalies cérébrales acquises associées à :

  • les lésions cranio-cérébrales, qui peuvent être de gravité variable, de sorte que la violation de la conduction bioélectrique qu'elles provoquent peut être de nature, d'intensité et de durée différentes (les traumatismes du crâne et du cerveau peuvent être caractérisés par des modifications locales et diffuses de la moelle), [2]
  • intoxications diverses (tout ici dépend à la fois de la nature des toxines et des poisons, et de la durée de leur exposition à l'organisme),
  • un rayonnement qui perturbe les processus métaboliques dans les tissus cérébraux et provoque la mort de ses cellules,
  • hypoxie cérébrale (le cerveau est l'un des premiers à ressentir un manque d'oxygène et plus longtemps il subit une privation d'oxygène, plus les dommages aux cellules nerveuses seront forts et persistants),
  • processus inflammatoires dans les tissus et les membranes du cerveau, qui sont dans la plupart des cas de nature infectieuse (méningite, encéphalite, méningo-encéphalite, qui surviennent souvent comme une complication de maladies du nasopharynx en raison de la proximité de ses organes avec le cerveau),
  • troubles circulatoires étendus au niveau du cerveau (pathologies vasculaires associées à une diminution généralisée du diamètre des vaisseaux cérébraux, comme l'athérosclérose vasculaire)
  • maladies dégénératives (nous en avons parlé ci-dessus).

Il ne faut pas exclure de tels troubles qui, semble-t-il, n'ont rien à voir avec le cerveau, même si, selon les statistiques, ils conduisent rarement à des troubles cérébraux graves. Par exemple, un faible taux d'hémoglobine ou une anémie, dans laquelle le taux de globules rouges et d'hémoglobine, qui fournissent de l'oxygène aux tissus du corps, et en particulier au cerveau, diminue. Dans ce cas, le cerveau connaîtra également un manque d'oxygène, comme dans l'hypoxie causée par la suffocation, mais dans une moindre mesure, de sorte que les modifications de la substance du cerveau et de son activité seront moins prononcées (lumière).

Les troubles métaboliques dans le corps, le béribéri, les troubles des glandes endocrines entraînent une famine croissante du cerveau et le manque de sommeil (manque de repos normal) entraîne son surmenage. Sans surprise, les personnes atteintes de ces problèmes peuvent également avoir une activité cérébrale erratique et un déclin réversible de la capacité intellectuelle, bien qu'il puisse n'y avoir aucun changement à l'échographie ou à l'imagerie cérébrale.

Les modifications de l'activité bioélectrique du cerveau de nature régulatrice impliquent des violations du plan fonctionnel et sont généralement associées à un dysfonctionnement des structures médianes qui contrôlent l'activité cérébrale, à la suite de quoi l'excitation ou l'inhibition peuvent prédominer dans le SNC. Ces structures comprennent la glande pituitaire, l'hypothalamus, la glande pinéale, le cervelet. Dans le même temps, les modifications dystrophiques ou dégénératives ne seront pas nécessairement diagnostiquées dans la moelle.

Pathogénèse

Nous avons déjà noté que notre cerveau subit divers changements à différentes périodes d'âge. Et cela est scientifiquement explicable, car avec la formation de fonctions mentales supérieures, l'activité du cerveau change. Il se développe en raison de la création de multiples connexions réflexes conditionnées qui se forment au cours de la vie du système nerveux central, de la naissance d'une personne à sa mort. C'est sur la formation de ces connexions utiles qui aident le cerveau à travailler plus activement et à prendre rapidement les bonnes décisions que se base le processus d'apprentissage. Basé sur les enseignements d'I.P. Pavlov à propos de l'activité nerveuse supérieure (HNA), le dicton « vivre pendant un siècle, apprendre pendant un siècle » prend un sens clair.

Des connexions réflexes conditionnées sont formées en raison de la capacité des neurones à transmettre l'influx nerveux. Différentes combinaisons d'impulsions provoquent différentes réactions dans le cerveau. Avec leur répétition fréquente, un stéréotype dynamique se forme qui facilite le travail du cerveau.

En violation de l'activité bioélectrique (BEA) du cerveau, son travail analytique et synthétique se complique. Les stéréotypes développés se perdent lentement et de nouveaux ne se forment pas. Réagissant à chaque stimulus nouveau et même déjà connu (et il y en a un grand nombre autour et à l'intérieur de notre corps), le système nerveux central doit beaucoup solliciter, analysant constamment la situation et prenant des décisions qui étaient auparavant prises presque instinctivement sur la base de stéréotypes formés. Par exemple, si nous avons besoin d'écrire quelque chose, nous commençons instinctivement à chercher un stylo, un crayon ou une craie, du papier, c'est-à-dire ce qui est nécessaire dans cette situation, sans forcer le cerveau. Si la conductivité bioélectrique est perturbée, même une tâche aussi simple provoquera une tension dans le cerveau, ce qui entraînera sa fatigue rapide, une diminution de l'activité physique et intellectuelle.

Plus les dommages au cerveau avec une conduction bioélectrique altérée sont importants, plus il sera difficile pour une personne de faire face à ses tâches habituelles, plus il sera difficile de former de nouveaux réflexes conditionnés qui assurent le développement d'une personne, et le plus vite les compétences et capacités précédemment acquises seront perdues. Ainsi, les diagnostics de « démence » (démence, qui se développe souvent dans la vieillesse, mais est parfois diagnostiquée même chez les enfants de plus de 2 ans) et « d'oligophrénie », qui est considérée comme une pathologie congénitale qui limite le développement de l'intelligence, sont associés avec une perturbation prononcée du travail des neurones.

Les changements diffus dans les tissus du cerveau sont considérés comme des processus communs associés à une restructuration qualitative et quantitative des structures cellulaires de l'organe. Cela peut être un œdème cérébral ou une circulation sanguine altérée dans ses tissus, provoquant la mort cellulaire, des cicatrices dues à des processus traumatiques et tumoraux qui compriment les vaisseaux cérébraux et conduisent à nouveau à une ischémie de vastes zones de la substance cérébrale. De tels changements affectent à la fois les performances des cellules nerveuses (la capacité à générer des signaux électriques) et la capacité à conduire les impulsions nerveuses d'un neurone à l'autre.

Des modifications diffuses du tissu cérébral, qui sont détectées par ultrasons, ainsi que par radiographie et tomographie du cerveau, peuvent être déclenchées à la fois par un traumatisme ou une infection, et par des maladies vasculaires, des processus tumoraux dans le cerveau, une malnutrition du tissu nerveux (hypoxie, anémie…). Elles sont caractéristiques des maladies dégénératives héréditaires provoquées par des mutations génétiques (neurofibromatose types 1 et 2, syndrome de Louis-Bar, sclérose tubéreuse) et des pathologies neurodégénératives associées à des troubles métaboliques (démence, atrophie multisystématisée, maladie de Parkinson, maladies de Wilson et de Farah). [3]

Les changements dans la structure du tissu cérébral affectent sa capacité à générer et à conduire les impulsions nerveuses. Des changements diffus dans le cerveau (qualitatifs et quantitatifs), identifiés dans la petite enfance, peuvent agir comme une caractéristique distinctive du développement individuel d'une personne ou être le résultat de processus pathologiques dans le cerveau. Par conséquent, il est possible de juger de leur pathogenèse et de leur influence sur le développement neuropsychique d'un enfant uniquement en combinaison avec une analyse des indicateurs de conductivité bioélectrique dans les neurones cérébraux. Des changements légers peuvent être à la fois une variante de la norme et un indicateur de troubles pathologiques persistants ou en développement. Certains d'entre eux sont détectés immédiatement après la naissance d'un enfant, d'autres à un âge plus avancé. [4]

Symptômes changements diffus dans le cerveau :

Les modifications diffuses du cerveau et de son BEA ne constituent pas un diagnostic, mais uniquement le résultat d'un examen qui permet de comprendre s'il existe une pathologie et de déterminer le diagnostic. Il ne peut être considéré séparément des autres manifestations de la maladie et des processus survenus chez une personne avant le début des changements dans le cerveau.

Des modifications diffuses des biopotentiels cérébraux peuvent être dues à une physiologie normale. Lorsqu'une personne s'endort, elle diminue, avec surmenage ou sur fond de choc nerveux sévère, l'activité cérébrale diminue.

Mais les modifications des structures cérébrales déterminées par l'échographie et la tomographie sont déjà un concept plus spécifique, réduisant l'éventail des diagnostics possibles. Certes, lorsqu'il ne s'agit pas d'une lésion locale, mais d'une lésion diffuse (vague, sans limites claires, lorsqu'il y a un grand foyer avec des limites floues ou plusieurs des mêmes flous dans tout le cerveau), il est impossible de dire sans équivoque quoi l'a causé et ce qu'il pourrait devenir..

Modifications diffuses des structures du tronc cérébral, qui comprennent le bulbe rachidien, qui est une continuation de la moelle épinière, le pont, le mésencéphale, parfois le cervelet (centre de régulation du tonus musculaire, de l'équilibre, de la coordination des mouvements) et le bulbe rachidien sont également inclus ici. Une formation réticulaire traverse toutes ces structures, contenant de nombreux centres nerveux responsables des fonctions vitales de l'organisme : mastication, déglutition, respiration, digestion, rythme cardiaque, etc. Couronnant le tronc cérébral se trouve le système limbique, qui est responsable, entre autres, des émotions humaines. Un changement diffus est dit lorsqu'il n'est pas possible d'indiquer exactement quelle partie du tronc cérébral est endommagée même après un examen instrumental complet.

Dans de telles situations, le complexe de symptômes est très hétérogène, car tout dépend des départements impliqués dans le processus pathologique. Une personne peut avoir une altération de l'appétit, du rythme cardiaque, de la respiration, de la déglutition, de la pression artérielle (si la formation réticulaire est impliquée dans le processus), développer une ataxie et une atonie (coordination altérée des mouvements et diminution du tonus musculaire avec des dommages au cervelet). Avec des dommages au diencéphale (thalamus, hypothalamus, glande pituitaire, glande pinéale), il y a des troubles du sommeil, des perturbations des biorythmes, une perturbation des glandes endocrines, une diminution des capacités intellectuelles, de la fatigue et des troubles auditifs et visuels peuvent apparaître. Violations possibles de la fonction sexuelle.

Lorsqu'on parle de dommages fonctionnels, il est généralement possible de déterminer le foyer de la maladie par les symptômes, c'est-à-dire la structure du cerveau qui a échoué. Les changements diffus dans le cerveau s'accompagnent d'un dysfonctionnement de plusieurs structures impliquées dans le processus pathologique à la fois, il peut donc sembler que les symptômes ne sont pas liés.

Les modifications dystrophiques diffuses du cerveau s'accompagnent d'une modification de son activité bioélectrique, ce qui perturbe le traitement des informations reçues. Avec une activité cérébrale accrue, une personne éprouve une fatigue rapide, une diminution de l'attention, des changements soudains d'humeur, l'apparition d'un syndrome convulsif et le développement de l'épilepsie. Si le BEA est réduit, une personne effectue son travail habituel plus lentement, se désintéresse de ses anciens passe-temps et de l'environnement, et une diminution du niveau intellectuel est notée. Une diminution de l'estime de soi peut être observée dans les deux cas, surtout lorsqu'il s'agit d'adolescents et de jeunes qui connaissent leur potentiel. Les maux de tête sont possibles dans les deux cas, mais avec l'augmentation du BEA, ils sont diagnostiqués plus souvent.

Certaines pathologies se développent à la suite de modifications généralisées modérées ou graves du cerveau. Ainsi, dans la démence, on note des modifications atrophiques diffuses dans le cerveau, qui se caractérisent par de multiples foyers, où la mort des cellules nerveuses est notée, qui ne sont pratiquement pas restaurées. La prévalence du processus affecte également les symptômes, de sorte qu'une personne a des troubles de la parole, des problèmes intellectuels (tout d'abord, la mémoire et la pensée logique souffrent) et des déviations comportementales. Dans le même temps, les causes de la démence peuvent être différentes : pathologies congénitales, lésions cérébrales, athérosclérose, hypertension, etc. [5], [6]

Avec l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux, qui est elle-même la cause de changements diffus et d'éventuels accidents vasculaires cérébraux, plusieurs foyers avec une insuffisance de l'apport sanguin au cerveau en raison du rétrécissement de ses vaisseaux peuvent être déterminés. Les plaques de cholestérol sur les parois des vaisseaux sanguins entravent la circulation sanguine et perturbent leur élasticité. Dans ce cas, des maux de tête, des sauts de pression artérielle et intracrânienne, une vision double, des étourdissements et d'autres symptômes peuvent survenir, selon les parties du cerveau les plus touchées par le manque d'oxygène.

Avec l'épilepsie, des changements diffus dans le cerveau peuvent ne pas être présents, mais un symptôme tel que des crises convulsives est toujours présent. Les changements organiques dans les structures du cerveau provoquent l'épilepsie si, sur le site de l'œdème causé par un processus infectieux ou traumatique, un foyer d'excitabilité accrue des neurones se forme, dont le travail n'est pas complètement restauré même après la disparition de l'œdème.

Les violations des processus métaboliques et de la régulation hormonale peuvent être considérées comme des signes de désorganisation de l'activité bioélectrique du cerveau. À l'œil nu, de tels troubles dans le corps ne sont pas visibles. Mais certains symptômes peuvent clairement les indiquer. Il convient de prêter attention à la détérioration des cheveux, à leur perte, aux modifications de l'apparence et de la propreté de la peau, à la fragilité accrue des ongles, aux troubles des selles. De tels symptômes n'indiquent pas toujours des maladies du cerveau, mais en combinaison avec des maux de tête, des troubles de la mémoire, des fluctuations de température, etc. ça devrait te faire réfléchir.

Certains patients se plaignent d'une diminution du désir sexuel, tandis que d'autres sont dominés par une excitation sexuelle incontrôlée. La seconde est plus caractéristique des patients présentant des lésions irritatives et est associée à une irritation des neurones responsables de la fonction sexuelle (les neurones ne sont pas endommagés, mais sont constamment dans un état excité). Une autre cause de dysfonctionnement sexuel peut être un déséquilibre du fond hormonal (le système nerveux central, et en particulier l'hypophyse, est également responsable de sa régulation).

Beaucoup notent des fluctuations de poids, même dans les cas où l'appétit n'est pas perturbé. Avec les lésions cérébrales, il y a souvent une diminution de l'appétit. Mais pour la démence progressive, l'insatiabilité est plus caractéristique, il semble à une personne qu'elle ne mange pas constamment, mange pire que les autres, une sensation de satiété ne se produit que lorsqu'il ne reste plus d'espace dans l'estomac. Dans les deux catégories de patients, les crises de vomissements ne sont pas rares.

Les réactions névrotiques avec des modifications diffuses du BEA cérébral peuvent également s'expliquer par une excitabilité accrue du système nerveux central. Et la tendance aux rhumes chez ces patients n'est pas due à une immunité affaiblie due au stress ou au béribéri, mais à une régulation insuffisante du système immunitaire. C'est pourquoi il n'assure pas pleinement la fonction de protection, bien qu'il en soit capable.

Dans le tronc cérébral, il existe des centres nerveux responsables de la régulation de la respiration, du rythme cardiaque, de la température corporelle, etc. Si la fonction des noyaux nerveux est altérée, un essoufflement, des arythmies, des frissons, des douleurs dans les os et les muscles peuvent être ressentis sans raison valable. Dans ce cas, les dommages organiques au cerveau entraînent des troubles fonctionnels lorsque l'organe est sain, mais ne fonctionne pas correctement.

Le fait est que la régulation du travail de notre corps, y compris les processus métaboliques, se produit en raison du transfert d'impulsions bioélectriques concernant l'état d'homéostasie (l'environnement interne du corps) vers le système nerveux central. Le cerveau traite ces informations en détail et, au moyen des mêmes impulsions allant de neurone en neurone, déclenche ou ralentit certains processus. Grâce à la régulation centrale, la constance d'un système biologique aussi complexe que le corps humain est assurée.

Si la conduction est perturbée dans un lien de cette régulation, l'organe, le système ou la fonction, dont l'action a été fournie par le circuit bioélectrique endommagé des neurones, en souffrira (quelque chose de similaire se produit lorsque le circuit électrique est interrompu, lorsque le flux d'énergie est interrompu). Avec les lésions cérébrales diffuses, il existe un grand nombre de ces troubles, donc le tableau clinique peut être assez étendu et varié, bien que le patient lui-même ne comprenne pas le lien entre les symptômes qui apparaissent à partir de différents organes et systèmes.

Comme vous pouvez le voir, déterminer la présence de changements structurels dans le cerveau humain n'est toujours pas suffisant pour établir un diagnostic final. Une analyse des plaintes du patient aide le médecin à déterminer la localisation des structures endommagées et les conséquences, tandis que les études dynamiques et l'étude de l'anamnèse permettent de comprendre la nature de la violation (temporaire, persistante ou progressive).

Complications et conséquences

La présence de changements diffus dans le cerveau est une bonne raison de penser à votre santé, car la capacité à remplir leurs fonctions par divers organes de notre corps dépend en grande partie des performances du cerveau. Tout changement dans le cerveau affecte tôt ou tard notre bien-être, ce qui entraîne à son tour une diminution de la capacité de travail, une détérioration de l'humeur et de l'état général. Plus les changements structurels et fonctionnels dans le cerveau sont prononcés, plus ils affectent le bien-être et le comportement d'une personne.

Les conséquences de tels changements dépendent de leur gravité et des mesures qu'une personne prendra pour éliminer les défauts. Il faut dire que prendre des antalgiques avec des maux de tête constants, même s'il facilite la vie, ne résout pas le problème. Ils peuvent être pris sans consulter un médecin, mais la cause de la douleur restera un secret derrière sept serrures. Mais un tel mystère, s'il n'est pas résolu à temps, ce qui n'est possible qu'avec un examen approfondi, peut entraîner de graves complications.

Beaucoup de gens sont en quelque sorte superficiels au sujet d'une ecchymose ou d'une commotion cérébrale, qui est le résultat d'une lésion cérébrale traumatique. [7]On pense qu'un certain temps de repos complet est suffisant pour restaurer la fonctionnalité des structures cérébrales endommagées. Ce n'est vraiment pas si simple, surtout si vous ignorez complètement la blessure et continuez à travailler. Mais le résultat d'une blessure peut aussi être des hémorragies dans le cerveau lors de la rupture des vaisseaux sanguins (par exemple, avec l'athérosclérose, dont une personne peut ne pas être consciente, les vaisseaux cérébraux deviennent moins durables et peuvent facilement éclater lors de l'impact), et une augmentation de l'activité neuronale, provoquant des spasmes et des convulsions, et une perturbation de certaines structures cérébrales. Tout cela peut ne pas se rappeler pendant un certain temps, puis entraîner un accident vasculaire cérébral, une thrombose des vaisseaux cérébraux, une épilepsie, etc.

L'évolution prolongée du processus inflammatoire dans le cerveau, en plus des maux de tête, peut avoir d'autres conséquences. Un changement dans la structure des tissus enflammés, leur compactage entraîne une violation de la conduction nerveuse. Dans le même temps, il est pratiquement impossible de restaurer le tissu cérébral en lui redonnant ses propriétés d'origine. Les enfants souffrant de méningite ou d'encéphalite depuis longtemps ont des troubles persistants du développement psycho-physique, tandis que les adultes ont une diminution de l'intelligence et des fonctions motrices altérées.

Certains processus dégénératifs dans le cerveau (en particulier ceux qui sont héréditaires) ne peuvent pas être arrêtés même avec leur diagnostic précoce. Mais ralentir le processus est possible dans la plupart des cas. Et plus tôt le traitement est commencé, plus une personne a de temps pour une existence plus ou moins à part entière. Mais il n'y a rien de plus précieux que la vie humaine, qui, hélas, est éphémère, il est donc important d'en profiter à chaque instant.

Diagnostics changements diffus dans le cerveau :

Les changements diffus dans le cerveau et sa conductivité bioélectrique ne se rappellent pas immédiatement, de sorte qu'une personne peut même ne pas soupçonner une pathologie. Mais ceux qui surveillent leur santé remarquent immédiatement des changements d'humeur, des troubles de la mémoire, de la fatigue, une sensibilité accrue aux changements naturels qui ressemblent aux premiers signes de dysfonctionnement cérébral. Peut-être que de tels symptômes ont des causes banales, par exemple un manque de vitamines, mais s'ils affectent le cerveau, certaines mesures doivent être prises.

De plus, comment savoir à quoi sont associés les symptômes si vous ne consultez pas de médecin. Même si une personne a subi une lésion cérébrale traumatique, cela ne laissera pas nécessairement une empreinte sérieuse sur le fonctionnement du cerveau, peut-être que la cause du malaise réside dans une infection ou une intoxication, et la blessure passée n'a créé que la base, a provoqué une prédisposition à la maladie du cerveau. [8]

Étant donné que les symptômes existants jouent un rôle important dans l'établissement d'un diagnostic, le médecin interrogera certainement le patient sur son bien-être. L'intérêt pour d'éventuelles blessures, intoxications et infections n'est pas non plus accidentel, car le problème est loin d'être toujours visible à l'œil nu, et la présence d'une bosse sur la tête n'est pas encore la preuve d'une lésion cérébrale diffuse.

Étant donné que les changements diffus dans le cerveau sont souvent provoqués par une hypoxie due à une circulation cérébrale altérée (le cerveau reçoit de l'oxygène du sang), il est logique d'évaluer immédiatement les caractéristiques qualitatives et quantitatives du sang. Le patient se voit prescrire un test sanguin général et biochimique. L'hypoxie peut être causée par une faible teneur en globules rouges et en hémoglobine, une augmentation de la viscosité du sang, ce qui ralentit la vitesse de son écoulement dans les vaisseaux et contribue à la formation de caillots sanguins.

Nous savons que les symptômes des lésions cérébrales organiques, selon les structures impliquées dans le processus pathologique et la gravité de la situation, peuvent différer considérablement. De plus, la détérioration du bien-être n'est pas toujours directement associée à des lésions cérébrales. Ainsi, une tumeur dans ou près du cerveau peut irriter les neurones voisins, et nous parlons alors de changements irritatifs diffus dans le cerveau. C'est-à-dire que l'irradiation de l'irritation a lieu ici lorsque, sous l'influence d'une tumeur ou d'un autre facteur irritant, un neurone transmet une irritation (excitation) à un autre. Habituellement, en supprimant l'objet d'irritation, vous pouvez rétablir le fonctionnement normal du cerveau.

Ce que le médecin ne peut pas voir à l'œil nu peut être visualisé grâce à des diagnostics instrumentaux. Modifications diffuses du parenchyme cérébral, c'est-à-dire ses structures cellulaires, vous permet de déterminer l'échographie (échographie) et la tomographie (ordinateur ou résonance magnétique). [9] Une radiographie du crâne est moins informative, car elle reflète moins bien l'état des tissus mous, mais elle peut également fournir certaines informations.

En cas de suspicion d'athérosclérose des vaisseaux et d'ischémie cérébrale, l'angiographie permet de confirmer le diagnostic, c'est-à-dire étude des vaisseaux cérébraux et évaluation du flux sanguin dans ceux-ci. Dans le cas de changements irritatifs, une tomographie cérébrale est la plus pertinente, bien que l'échographie puisse également détecter des phoques pathologiques.

Les modifications de la structure de la moelle entraînent généralement une modification de sa conductivité électrique. Pour évaluer ces troubles, un électroencéphalogramme (EEG) est prescrit. C'est cette étude qui permet d'évaluer les performances du cerveau, et en tenant compte des modifications diffuses et des symptômes existants, de déterminer la cause de la maladie, de lui donner un nom, d'en évaluer la gravité et de prescrire le traitement approprié.

Le diagnostic différentiel dans les modifications cérébrales diffuses est d'une grande valeur et repose sur l'analyse des informations disponibles: les résultats d'études de laboratoire et instrumentales, les informations reçues du patient et à la suite de l'étude de l'anamnèse. Les changements dans le cerveau eux-mêmes n'impliquent pas encore de diagnostic, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas dire au médecin quel traitement prescrire.

Un diagnostic précis est le résultat d'un diagnostic différentiel. C'est très important car diverses maladies dans lesquelles la structure et la capacité de travail du cerveau changent nécessitent une approche de traitement différente. La différence est évidente si l'on considère la thérapie des maladies vasculaires et dégénératives, congénitales (difficiles à corriger) et acquises.

Une telle différenciation est particulièrement importante lors de l'examen de jeunes enfants, car la direction du travail non seulement médical, mais également correctionnel et de développement avec un enfant en dépend.

Que disent l'échographie et l'encéphalogramme?

Les changements diffus dans le cerveau sont un concept médical utilisé dans le diagnostic différentiel pour rendre un verdict final. Mais en soi ce n'est pas un diagnostic et ne parle même pas de pathologie. Tout dépend de la gravité des changements cérébraux et des structures concernées.

Selon les causes qui provoquent une violation de la structure du cerveau et de sa conduction, ainsi que le moment de la lésion, le dysfonctionnement du cerveau peut être persistant ou progressif. Dans le cas où le facteur qui a influencé l'activité cérébrale ou le développement cérébral a perdu de sa pertinence (a cessé d'agir), mais que des changements diffus subsistent, nous parlerons d'une violation persistante du développement psychophysique (comme l'oligophrénie, la démence résiduelle, etc.). Avec un traitement professionnel opportun des maladies inflammatoires et oncologiques, la structure et l'activité du cerveau peuvent être entièrement restaurées.

Si des changements diffus dans le cerveau sont le résultat d'une maladie active, il est probable qu'ils progresseront, se propageant à la surface du cerveau et en profondeur. Mais pour déterminer la probabilité de cela, un diagnostic précis est nécessaire, et non une déclaration du fait de la présence de changements dans l'état du cerveau lors d'une échographie.

De légères modifications diffuses du cerveau (son activité bioélectrique mesurée par un encéphalographe) peuvent également être observées chez les personnes en bonne santé. Cela peut être dû à un surmenage, une hypoglycémie (manque de glucides dans les aliments), un manque de sommeil, un malaise général. Dans le même temps, la capacité de travail du cerveau diminue et la personne se fatigue rapidement même en l'absence d'un grand stress physique ou mental.

Mais parfois, un tel verdict n'est que le premier signe, surtout si une personne remarque des maux de tête fréquents, des vertiges et des fluctuations de température inexplicables. De tels moments doivent faire l'objet d'une attention particulière pour ceux qui ont déjà subi une blessure à la tête. Parfois, ses conséquences se rappellent d'elles-mêmes, après quelques mois et quelques années.

Des modifications diffuses peu nettes du cerveau, difficilement distinguables lors du diagnostic par ultrasons, peuvent accompagner des perturbations du fonctionnement des structures médianes du cerveau (hypothalamus, hypophyse). Leur dysfonctionnement est plus prononcé à l'EEG, et est enregistré comme une pathologie de nature régulatrice.

Des modifications diffuses des structures médianes du cerveau peuvent s'accompagner de modifications de l'activité bioélectrique de sévérité variable. Les symptômes qui peuvent être observés dans ce cas dépendent de la partie du cerveau qui est endommagée et de son degré d'endommagement. Avec la pathologie de l'hypothalamus, il peut y avoir des changements de température, des perturbations de l'appétit et des cycles veille-sommeil, une augmentation ou une diminution du désir sexuel. Si l'hypophyse est endommagée, il peut y avoir des perturbations dans le travail de diverses glandes endocrines (respectivement, des symptômes de diabète insipide, d'hypothyroïdie, d'hyperprolactinémie apparaissent), des troubles de la croissance chez les enfants, un retard mental, des troubles sexuels.

Des changements diffus modérés dans le cerveau sont susceptibles d'indiquer le développement d'un processus pathologique. Ainsi, avec la démence et l'athérosclérose, tout commence par de légers changements, qui sont ensuite aggravés, c'est-à-dire les changements modérés dans le cerveau ne sont qu'une des étapes du processus pathologique. Mais avec l'oligophrénie chez un enfant, qui est une pathologie non progressive, le degré de modification du cerveau ne détermine que la gravité du trouble et la possibilité de sa correction.

De tels changements peuvent également se produire avec des lésions cérébrales ou une inflammation. Dans ce cas, vous devez suivre le processus en dynamique afin de comprendre à quel point ces changements peuvent être persistants. De telles observations aident à déterminer l'efficacité du traitement.

Mais si nous parlons de changements modérés dans l'activité bioélectrique du cerveau, la situation ici est encore plus ambiguë. Un tel résultat est dans certains cas considéré comme une variante de la norme, tandis que dans d'autres, il indique un processus pathologique. Tout dépend des caractéristiques individuelles du corps humain, de son bien-être et des résultats de l'échographie ou de la tomographie.

Les changements diffus prononcés dans le cerveau sont une situation sans ambiguïté désagréable qui indique des lésions cérébrales graves et une diminution de ses performances. De tels changements s'accompagnent toujours d'une violation de la conduction nerveuse, qui affecte à la fois le bien-être et les capacités intellectuelles d'une personne. Souvent, ils changent radicalement le comportement d'une personne, provoquant soit un isolement, soit une agression.

Qui contacter?

Traitement changements diffus dans le cerveau :

La détection de changements diffus dans le cerveau lors de l'examen est l'occasion de comprendre les causes de ces changements. C'est sur cette base que le diagnostic final est établi, après quoi le médecin prescrit le traitement approprié. L'approche thérapeutique dépendra à la fois du diagnostic et des caractéristiques de l'organisme du patient.

Ainsi, avec l'athérosclérose vasculaire, une thérapie complexe est prescrite, qui comprend la normalisation du métabolisme des graisses et l'optimisation des vaisseaux cérébraux. La première direction est fournie par l'acide nicotinique, qui réduit la teneur en cholestérol nocif, les fibrates, qui réduisent la synthèse de ses propres graisses dans le corps, les séquestrants des acides biliaires, les statines, qui inhibent la synthèse du cholestérol.

Pour améliorer l'apport sanguin au cerveau, des vasodilatateurs, des relaxants musculaires à action centrale qui détendent la choroïde, des angioprotecteurs, des antiagrégants et des anticoagulants qui améliorent le flux sanguin et empêchent la formation de caillots sanguins sont prescrits.

Un grand rôle est donné aux complexes de vitamines. Particulièrement utiles sont les vitamines B, qui ont un effet positif sur le fonctionnement du système nerveux, les antioxydants (vitamines A et E), les acides gras polyinsaturés qui réduisent le taux de mauvais cholestérol dans le sang.

Avec l'athérosclérose vasculaire et l'ischémie cérébrale, accompagnées d'une augmentation de la pression artérielle et intracrânienne, d'une perte de mémoire et d'une concentration altérée, les médecins peuvent également prescrire des antihypertenseurs et des nootropes (médicaments qui améliorent le trophisme et la fonction cérébrale, à la suite desquels les fonctions cognitives sont restaurées à un degré ou un autre). [10]

S'il n'est pas possible de restaurer la perméabilité d'un vaisseau sclérotique, on a recours à un traitement chirurgical. La méthode d'intervention la plus populaire sur les vaisseaux cérébraux est l'endartériectomie carotidienne (dissection du vaisseau et élimination de la plaque de cholestérol).

Avec une inflammation du cerveau et de ses membranes (méningite, encéphalite, méningo-encéphalite), le traitement sera complètement différent. Étant donné que l'infection joue un rôle décisif dans la pathogenèse de ces maladies, une antibiothérapie est obligatoire, qui est associée à l'utilisation de médicaments qui augmentent la résistance de l'organisme aux infections (interférons). De plus, des diurétiques sont prescrits (prévention de l'œdème cérébral) et des perfusions de médicaments qui réduisent l'intoxication du corps.

Dans les maladies causées par une intoxication du corps (encéphalopathie toxique), la thérapie de désintoxication vient en premier, après quoi les processus métaboliques du cerveau sont restaurés (nootropiques, anticonvulsivants, antipsychotiques, antidépresseurs, séances de psychothérapie).

Si des modifications diffuses surviennent à la suite d'une lésion cérébrale, un traitement doit être effectué en fonction du type de lésion. Dans ce cas, la nomination d'un traitement médicamenteux doit être basée sur la gravité de la blessure.

La principale exigence pour le traitement d'une lésion cérébrale traumatique est le repos pendant un certain temps (avec une légère commotion cérébrale, cela peut même suffire à la récupération). Avec une inflammation traumatique et un gonflement du cerveau, ainsi que pour sa prévention, des corticostéroïdes et des médicaments diurétiques (diurétiques) sont prescrits.

La poursuite du traitement est intrinsèquement la prévention d'éventuelles complications. Les patients peuvent se voir prescrire des médicaments qui améliorent la circulation cérébrale, des médicaments qui stimulent les processus métaboliques dans le cerveau, un tonique général. Traitement symptomatique : analgésiques pour les maux de tête, antiémétiques (pour les nausées), sédatifs et somnifères.

Dans les blessures graves avec une violation de l'intégrité du crâne et des dommages axonaux diffus au cerveau (souvent diagnostiqués en DPT à la suite d'un coup ou d'un mouvement brusque de la tête), de grandes et petites hémorragies, de multiples ruptures d'axones de neurones, le long duquel passent les impulsions nerveuses, se produisent. De telles blessures sont toujours accompagnées de lésions cérébrales organiques graves. En cas de lésion axonale, le patient tombe dans le coma (la durée du coma varie).

Après la sortie du coma, une thérapie psychostimulante et un traitement médicamenteux sont prescrits pour restaurer le trophisme cérébral et la circulation sanguine: nootropiques, médicaments vasculaires, anticholestérasiques, neurotransmetteurs médicinaux.

Le traitement chirurgical des lésions cérébrales n'est effectué qu'en cas d'écrasement du crâne et de compression du cerveau, la formation d'hématomes.

Avec la démence persistante et progressive, le schéma thérapeutique dépend des manifestations cliniques de la maladie, de la présence de pathologies concomitantes et des caractéristiques individuelles du corps du patient. Les patients se voient prescrire des médicaments cholinergiques qui améliorent la transmission de l'influx nerveux aux points de contact des neurones (synapses), des médicaments qui interagissent avec les récepteurs NMDA (préviennent le dysfonctionnement neuronal), des nootropes, des neuroprotecteurs, des agents immunomodulateurs, des antipsychotiques (antipsychotiques), des vitamines.

Le traitement de physiothérapie des modifications diffuses du cerveau est prescrit avec prudence et tient compte des troubles existants. En cas de pathologies vasculaires et de dysfonctionnement associé du BEA du cerveau, la galvanisation, l'électrophorèse médicamenteuse (vasodilatateurs et stimulants cérébrovasculaires), l'ultratonothérapie, la thérapie UHF et UHF, l'irradiation ultraviolette, les bains de radon et de conifères, l'hydrothérapie sont prescrits. Pour améliorer le trophisme du tissu cérébral dans diverses maladies, une stimulation nerveuse électrique transcutanée et une thérapie par interférence peuvent être prescrites. Thérapie diadémo- et amplipulse, darsonvalisation. La lutte contre les troubles moteurs, qui se développent souvent dans un contexte de lésions cérébrales organiques ou fonctionnelles, est menée par le massage, la kinésithérapie, la thérapie par l'exercice, les procédures aquatiques et la natation. Les troubles de la parole nécessitent souvent de travailler avec un orthophoniste.

Dans tous les cas, l'approche du choix des procédures physiothérapeutiques doit être strictement individuelle, en tenant compte des pathologies concomitantes, de l'état du patient, des caractéristiques d'âge.

Thérapie médicale

Les neuroprotecteurs sont considérés comme des médicaments spécifiques utilisés pour les changements diffus dans le cerveau. Il s'agit d'un grand groupe de médicaments, dans lequel il y a:

  • médicaments qui améliorent le trophisme des tissus cérébraux (nootropiques),
  • des antioxydants à action antihypoxique, anti-stress, anticonvulsivante, anxiolytique (calmante),
  • les médicaments qui stimulent la circulation cérébrale,
  • adaptogènes

"Piracetam" est un médicament légal bien connu du groupe des nootropiques et des psychostimulants, qui est vendu en pharmacie sans ordonnance. Le médicament est prescrit pour améliorer les fonctions cognitives, c'est-à-dire combattre les conséquences des modifications cérébrales diffuses ou les prévenir. Avec la démence, il ne peut être prescrit que comme adjuvant, car il n'a pas d'effet thérapeutique prononcé.

Le médicament est produit sous forme de comprimés, gélules, ampoules avec une solution à 20% administrée par voie intraveineuse au goutte-à-goutte (jusqu'à 12 g par jour pour les pathologies sévères) ou par voie orale. La dose initiale pour l'administration interne du médicament est de 4,8 g. Elle reste pendant la première semaine de traitement, après quoi elle peut être réduite à 2,4 g. Par la suite, la posologie peut être réduite de moitié. Avec le syndrome convulsif, la dose doit être augmentée de 1,5 à 2 fois.

Les comprimés sont pris 2 à 3 fois par jour, en divisant la dose quotidienne en 2 à 3 parties. Le traitement par perfusion est effectué deux fois par jour à fortes doses. À l'intérieur, une solution de piracétam est prise deux fois par jour, 1,5 ampoule. La durée du traitement dépend du diagnostic, de l'état du patient, de la gravité du dysfonctionnement cérébral.

Le médicament n'est pas prescrit pour l'insuffisance rénale aiguë, la présence de réactions allergiques au médicament (ainsi que les jus et les essences), l'accident vasculaire cérébral aigu (accident vasculaire cérébral). Pour les enfants de plus d'un an, les médicaments sont administrés uniquement selon les directives d'un médecin.

Parmi les effets secondaires du médicament, les plus souvent mentionnés sont un état mental excité, une activité motrice accrue, un déséquilibre, une certaine diminution de l'attention et des troubles du sommeil. Il peut également y avoir des réactions du système digestif : douleurs abdominales, nausées, troubles des selles. Chez certains patients, le médicament provoque des maux de tête et des étourdissements, des troubles du mouvement (mouvements automatisés altérés), des convulsions, des tremblements du corps et des membres, des troubles du rythme cardiaque, une hyperactivité sexuelle.

"Mexidol" est un médicament de la catégorie des antioxydants à effet neuroprotecteur. Disponible sous forme de comprimés et de solution pour injection intraveineuse et intramusculaire. Le médicament améliore la nutrition et la respiration du cerveau, ainsi que les caractéristiques qualitatives du sang, normalise le comportement et le sommeil, restaure les fonctions autonomes perturbées, améliorant ainsi le bien-être du patient.

Le médicament en comprimés est prescrit à une dose de 125 à 250 mg trois fois par jour (pas plus de 800 mg par jour). La durée du traitement avec le médicament peut atteindre 2 mois.

La solution du médicament est prescrite pour les pathologies aiguës (sous forme d'injections et de perfusions). Pour les accidents vasculaires cérébraux au cours des 2 à 4 premiers jours, le médicament est administré par perfusion une fois par jour, 200 à 300 mg. Après cela, ils passent à l'administration intramusculaire (trois fois par jour, 2 ampoules). Cours thérapeutique - 1,5-2 semaines.

En cas de lésions craniocérébrales et de leurs conséquences, la dose peut être augmentée à 500 mg (la fréquence d'administration peut aller jusqu'à 4 fois par jour). La durée du cours est la même.

Dans les troubles graves de la conduction nerveuse, la dose quotidienne du médicament pour administration intraveineuse est de 300 mg pendant 2 semaines. Ensuite, ils passent à l'administration intramusculaire d'une dose d'entretien (100 mg).

Les contre-indications à l'utilisation du médicament sont les suivantes: insuffisance rénale aiguë, pathologie hépatique grave, hypersensibilité au médicament, grossesse et allaitement. Ne pas appliquer au traitement des enfants.

Les effets secondaires se limitent aux maux de tête, aux réactions du tractus gastro-intestinal, aux réactions allergiques, aux fluctuations de pression.

"Cinnarizine" est un médicament qui améliore la circulation cérébrale et réduit les symptômes cérébrovasculaires sévères: maux de tête vasculaires, acouphènes, diminution de la mémoire et de l'attention, troubles de l'équilibre et de la coordination des mouvements.

Les comprimés sont prescrits aux patients de plus de 12 ans trois fois par jour, 25 mg chacun. Dans les cas graves, la dose peut être augmentée. La dose pédiatrique est généralement la moitié de celle d'un adulte.

Les contre-indications à l'utilisation du médicament sont, tout d'abord, la sensibilité accrue du corps aux composants du médicament. Il est déconseillé aux femmes enceintes et aux mères allaitantes. Avec une extrême prudence prescrite pour la démence progressive et la maladie de Parkinson.

Les effets secondaires du médicament peuvent être décrits par des symptômes tels que fatigue, somnolence, maux de tête et vertiges, troubles du système digestif et de la fonction hépatique (jaunisse), prise de poids, hypotension, hyperhidrose, réactions allergiques, troubles du mouvement.

Dans le traitement de la démence, les médicaments de choix sont les inhibiteurs de l'acétylcholinestérase et les antagonistes NMDA. Les récepteurs NMDA régulent la perméabilité des membranes cellulaires pour les ions potassium et sodium, qui fournissent un potentiel bioélectrique. La mémantine est un médicament qui affecte l'action de ces récepteurs, améliore l'activité mentale et élimine les troubles du mouvement.

Les comprimés sont prescrits pour être pris 1 fois par jour en même temps. Commencez par la dose minimale active (5 mg) et augmentez-la progressivement jusqu'à 20 mg sur 3 semaines.

Le médicament n'est pas prescrit uniquement en cas d'intolérance individuelle et de pathologies rénales graves. Les effets secondaires du médicament sont considérés comme une augmentation de l'excitabilité mentale, de l'anxiété, de la fatigue, de l'augmentation de la pression intracrânienne, des nausées.

Traitement alternatif

Lorsque nous constatons une détérioration des capacités intellectuelles sans autres symptômes suspects, nous ne sommes pas pressés de consulter un médecin, car il existe aujourd'hui de nombreux remèdes synthétiques et à base de plantes annoncés qui stimulent les fonctions cognitives. En principe, si une personne ne présente pas de modifications diffuses graves dans le cerveau, une telle solution au problème est tout à fait logique. Mais pour savoir s'il y en a ou non, cela n'est possible que lors de diagnostics professionnels.

Si le diagnostic a montré qu'il y a des changements généralisés dans diverses structures cérébrales et une violation de leur fonctionnalité, on ne peut pas compter uniquement sur les médicaments. Les salades de fruits et de légumes et les jus naturels peuvent dans une certaine mesure satisfaire les besoins en vitamines de l'organisme, mais la thérapie ne peut se limiter à cela seul.

Il faut bien comprendre que les remèdes alternatifs aux maladies organiques du cerveau sont impuissants. Ils aident à lutter contre les conséquences de la maladie, mais ne la guérissent pas. Certes, avec des lésions cérébrales, lorsque le repos est nécessaire, vous pouvez utiliser la propriété de certaines herbes pour avoir un effet sédatif. Ces herbes comprennent la valériane, la racine marine, l'agripaume, la rue, le houblon, la cyanose bleue, la menthe. Le traitement à base de plantes dans ce cas donnera un certain effet, mais il ne peut pas toujours être considéré comme suffisant.

Une autre chose est que ces herbes aident à normaliser l'état neuropsychique des patients, à améliorer le sommeil, à réduire l'excitabilité du système nerveux et permettent ainsi de réduire la posologie de certains médicaments prescrits.

Le plus grand bénéfice des recettes alternatives peut être obtenu avec l'athérosclérose des vaisseaux cérébraux. Avec un tel diagnostic, la phytothérapie (préparations à base de plantes) a un véritable effet thérapeutique.

Ainsi, pour normaliser le métabolisme des lipides, vous pouvez prendre une collection composée à parts égales de tisane de rein, de feuilles de bouleau, de millepertuis, de succession et d'une double dose de menthe et d'aubépine. 2 cuillères à soupe de la collection broyée sont versées dans 0,5 litre d'eau bouillante, conservées pendant 2 heures, puis filtrées et prises trois fois par jour, 60 à 70 ml chacune.

On pense que les jus de légumes naturels fraîchement pressés peuvent être utilisés pour nettoyer les vaisseaux cérébraux des plaques de cholestérol: citrouille, betterave, pomme de terre, carotte, ainsi que les jus de céleri et de chou. Il est nécessaire de consommer des jus ou leurs mélanges à raison de 1 à 2 verres par jour, en tenant compte des contre-indications.

L'utilisation de pamplemousse réduit le risque d'athérosclérose et réduit ses manifestations. Une action anti-sclérotique est également attribuée au melon.

Il est possible de prévenir les spasmes des vaisseaux cérébraux et ses dommages ischémiques à l'aide de la mélisse. Elle peut être consommée fraîche ou en infusion (1 cuillère à soupe d'herbe sèche par verre d'eau bouillante).

Pour réduire la pression intracrânienne et prévenir les hémorragies cérébrales, des herbes telles que la lavande, le plantain, l'ortie, la ficelle, le peuplier et les feuilles de mûrier sont utiles.

Il est également utile d'utiliser un médicament qui est une infusion d'ail et de citron (broyer 1 tête d'ail et de citron, verser 700 ml d'eau bouillie chaude et laisser reposer 24 heures, prendre 4 fois par jour pendant ¼ de tasse).

Pour améliorer le fonctionnement du cerveau et ses fonctions cognitives, vous pouvez prendre des herbes telles que le romarin, la sauge, le mélilot, la St.

Il est important de comprendre que les traitements alternatifs doivent être considérés comme symptomatiques et prophylactiques dans la plupart des maladies dans lesquelles on retrouve des modifications cérébrales diffuses. Il peut être utilisé dans le cadre d'une thérapie complexe, mais pas en tant que traitement indépendant.

Homéopathie

L'homéopathie est une branche relativement jeune de la médecine non traditionnelle, qui a néanmoins déjà une expérience suffisante dans le traitement et la rééducation des patients atteints de lésions cérébrales organiques. Comme en médecine classique, les approches du traitement de diverses maladies en homéopathie ont leurs propres caractéristiques. À proprement parler, dans la plupart des cas, nous ne parlons pas du traitement des maladies, mais de la rééducation des patients après un traitement médical. La réadaptation comprend une assistance psychologique, des séances de physiothérapie et un traitement homéopathique visant à restaurer les fonctions perdues à cause de la maladie.

Quant aux médicaments homéopathiques, leur choix est largement déterminé par le diagnostic posé à l'hôpital et les résultats des analyses de laboratoire, c'est-à-dire sans consulter un neurologue et un examen est indispensable.

Avec des modifications atrophiques des cellules cérébrales, les médicaments de choix seront : Agaricus muscarius, Calcarea carbonica, Capsicum annuum, Selenium metallicum, Tellurium metallicum, etc.

Dans les maladies inflammatoires de la moelle et de ses membranes, sont indiqués : Aconite napellus, Apis mellifica, Ferrum jodatum, Gelsemium sempervirens, Rhus toxicodendron, Veratrum album et autres nosodes.

Avec les néoplasmes du système nerveux central, les suivants sont le plus souvent prescrits: Arnica montana, Arsenicum album, Bufo rana, Helonias dioica, Hura brasilensis, Sulfuris, Tarentula hispanica, Taxus baccata, etc.

Certaines préparations homéopathiques ne nécessitent pas une prise en compte stricte des caractéristiques constitutionnelles et psychologiques de l'organisme du patient, comme il est d'usage en homéopathie. Ils peuvent être prescrits par un neurologue. Ces fonds comprennent "Coenzyme compositum", "Traumeel S", "Engistol", "Polysponin", "Spaskuprel" et certains autres médicaments vendus dans les pharmacies conventionnelles.

Les préparations de Ginkgo biloba ont acquis une popularité particulière en tant que moyens efficaces pour améliorer la mémoire et l'activité cérébrale en général. Ils sont vendus dans les pharmacies sans ordonnance et même dans les rayons spéciaux des supermarchés. Ces médicaments ne peuvent pas être considérés comme un remède contre les modifications diffuses profondes et prononcées du cerveau, mais ils aident pendant la période de rééducation, après avoir subi un traitement approprié, à restaurer les capacités intellectuelles et à restaurer les performances cérébrales. Avec de légers changements dans le travail du système nerveux central, ils aideront à restaurer ses performances même sans traitement spécial.

La prévention

La prévention des lésions cérébrales diffuses est avant tout la prévention des processus infectieux et inflammatoires de la moelle et de ses membranes, c'est-à-dire chercher en temps opportun de l'aide et le traitement des infections respiratoires, des maladies inflammatoires du nasopharynx, des oreilles et des yeux. Ceci est particulièrement important dans l'enfance, car ces maladies laissent une empreinte sur le développement ultérieur de l'enfant.

Les lésions cérébrales traumatiques, contrairement aux neuroinfections, ne sont pas toujours évitables. Néanmoins, les soins sur les routes, à la maison et au travail permettent dans la plupart des cas d'éviter des conséquences graves. Lorsque vous conduisez, vous devez vous assurer qu'il ne reste aucune trace d'alcool et de drogue dans le sang pouvant avoir un effet dépresseur sur le système nerveux central. Pendant le trajet, vous devez être aussi concentré que possible et ne pas être distrait par des mineurs. Stimuli.

La démence chez les personnes âgées est un processus physiologiquement déterminé de fatigue cérébrale. Vous pouvez maintenir ses performances à l'aide d'une formation (travail intellectuel régulier, lecture de livres, visionnage de films de vulgarisation scientifique, résolution de problèmes logiques). Aide à retarder l'apparition de la démence; activité physique, nutrition rationnelle, prise de complexes multivitaminés, abandon des mauvaises habitudes.

Prévoir

Des modifications de l'état de diverses structures cérébrales et de son activité bioélectrique peuvent être diagnostiquées dans diverses pathologies. Mais le pronostic de ces maladies ne dépend pas tant du diagnostic, mais du degré de prévalence et de la profondeur des dommages aux structures cérébrales.

Peut-être que quelqu'un croit que les lésions cérébrales locales affectent la condition humaine dans une moindre mesure. En effet, les atteintes locales profondes peuvent avoir des conséquences bien plus irréversibles que les atteintes diffuses légères ou modérées.

Même les lésions axonales diffuses dans les accidents de la route, qui sont classées comme lésions graves, sont dans de nombreux cas accompagnées d'altérations temporaires de diverses fonctions du SNC. Tout dépend de la profondeur des dégâts et du traitement.

Dans les maladies infectieuses et inflammatoires du cerveau, tout dépend de l'opportunité du traitement engagé et de l'âge du patient. Le pronostic dans ce cas est ambigu. Elle est plus grave à un âge précoce, car elle est lourde de déficience intellectuelle irréversible. La méningo-encéphalite, en tant que complication des infections nasopharyngées, est considérée comme l'une des causes les plus fréquentes d'oligophrénie (retard mental) acquise au cours de la période postnatale, de paralysie cérébrale et de démence infantile.

Le pire pronostic des capacités intellectuelles et motrices dans la démence progressive et les processus atrophiques dans le cerveau. Il n'est généralement pas possible d'arrêter de tels processus ; il n'est possible de les ralentir qu'avec un schéma thérapeutique bien conçu.

Les changements diffus dans le cerveau sont une terminologie médicale qui indique le degré de propagation des changements structurels et fonctionnels dans le cortex, les hémisphères cérébraux et les structures médianes du cerveau. L'attitude des médecins à leur égard dépend de la nature de ces changements, de leur lien avec les périodes d'âge et de la manière dont ils affectent le bien-être et la réalisation de soi d'une personne. Nous ne pouvons qu'écouter leur verdict et adhérer aux recommandations professionnelles, et non émettre nos propres hypothèses sur ce qui se passe.

Translation Disclaimer: The original language of this article is Russian. For the convenience of users of the iLive portal who do not speak Russian, this article has been translated into the current language, but has not yet been verified by a native speaker who has the necessary qualifications for this. In this regard, we warn you that the translation of this article may be incorrect, may contain lexical, syntactic and grammatical errors.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.