^

Santé

A
A
A

Schizophrénie chez l'homme : causes, types, diagnostic, pronostic

 
, Rédacteur médical
Dernière revue: 08.05.2022
 
Fact-checked
х

Tout le contenu iLive fait l'objet d'un examen médical ou d'une vérification des faits pour assurer autant que possible l'exactitude factuelle.

Nous appliquons des directives strictes en matière d’approvisionnement et ne proposons que des liens vers des sites de médias réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études évaluées par des pairs sur le plan médical. Notez que les nombres entre parenthèses ([1], [2], etc.) sont des liens cliquables vers ces études.

Si vous estimez qu'un contenu quelconque de notre contenu est inexact, obsolète ou discutable, veuillez le sélectionner et appuyer sur Ctrl + Entrée.

Plus d'un siècle s'est écoulé depuis le moment où la schizophrénie a été désignée comme une maladie indépendante, mais les discussions se poursuivent non seulement sur sa nature, mais aussi sur son existence même en tant que maladie distincte. De nombreux psychiatres, dont E. Bleuler, l'auteur du terme "schizophrénie", sont enclins à croire qu'il s'agit d'un groupe de maladies mentales unies par une caractéristique commune - le processus mental du patient est perturbé, l'unité de perception, de pensée et d'émotions disparaît sur fond d'affaiblissement progressif de l'activité mentale. Quoi qu'il en soit, les formes les plus malignes et rapidement évolutives de la maladie se manifestent à l'adolescence et à l'adolescence, et chez les jeunes patients, la majorité sont des patients de sexe masculin. Par conséquent, la schizophrénie chez les hommes, en général, est plus grave et a un pronostic moins favorable que chez les femmes. Bien que dans certains cas, le contraire soit vrai.

Un appauvrissement assez rapide, souvent en dix à quinze ans, de toute la vie mentale des patients, une « issue fatale dans la démence » à un âge assez jeune était considérée comme la principale propriété de la maladie, qui à la fin du XIXe siècle était décrit par E. Kraepelin comme une unité nosologique indépendante, combinant des pathologies mentales distinctes précédemment considérées: démence précoce, catatonie, herbephrénie et paranoïa. Elle était le prototype de la schizophrénie. E. Kraepelin a laissé le nom de "démence précoce", car tous ces troubles mentaux se sont manifestés à l'adolescence et à l'adolescence et ont rapidement progressé avec pour résultat la démence. C'est cette maladie qui touchait principalement les jeunes hommes.

Cependant, littéralement 15 ans plus tard, avec la main légère d'E. Bleiler, qui a noté que cette pathologie n'est pas toujours précoce et qu'une «issue fatale rapide de la démence» n'est pas non plus observée chez tous les patients, une nouvelle maladie mentale indépendante est apparue - la schizophrénie. Sa principale caractéristique s'appelait la division de la psyché intégrale. [1]

Troubles mentaux chez les hommes

Il n'est pas facile de maintenir la santé mentale jusqu'à un âge avancé dans le monde moderne, en particulier pour les habitants des mégapoles. Selon l'Organisation mondiale de la santé, les troubles mentaux à des degrés divers, temporairement et en permanence souffrent de 20 à 25% des habitants de la planète, indépendamment du sexe et de l'âge. Les troubles mentaux sont temporaires, c'est-à-dire causés par de graves chocs mentaux ou l'abus de substances psychotropes. Ces conditions ne sont pas à long terme et ont le plus souvent une issue favorable. Les troubles mentaux chroniques ou permanents, dont fait partie la schizophrénie, surviennent de manière prolongée, avec des exacerbations et conduisent à l'apparition d'un défaut mental persistant.

Les troubles de santé mentale les plus courants sont la dépression, le trouble bipolaire et la schizophrénie. Et si la dépression est traitable et peut passer sans laisser de trace, alors les deux autres sont des maladies chroniques récurrentes, qui dans la plupart des cas sont contrôlées par des médicaments.

La dépression se développe chez les hommes deux fois moins souvent que chez les femmes. Depuis l'époque d'E. Kraepelin, le trouble bipolaire est également considéré comme un trouble mental plus « féminin ». Bien que des études modernes contredisent cela et indiquent que les hommes sont plus susceptibles de souffrir de trouble bipolaire, les femmes sont plus sujettes au trouble monopolaire avec une prédominance de "barres noires" dans l'état psycho-émotionnel. Il est possible que l'ambiguïté de l'approche diagnostique affecte ces statistiques.

Parmi les patients diagnostiqués schizophrènes, il y a trois femmes pour quatre hommes, et le trouble affectif schizotypique est également légèrement plus fréquent chez les hommes.

Il y a plus de maladies liées à la dépendance parmi la population masculine. Au début du siècle dernier, il y avait une femme pour 12 hommes qui buvaient régulièrement. Les psychoses alcooliques sont toujours l'apanage des hommes, bien que les représentants de la belle moitié de l'humanité les rattrapent activement, et selon les statistiques britanniques, l'égalité des sexes est déjà établie parmi les personnes souffrant d'alcoolisme dans leur pays. Néanmoins, il y a encore quatre hommes pour une femme alcoolique parmi l'ensemble de la population de la planète (données OMS). En général, il y a 1,3 à 1,5 fois plus d'hommes toxicomanes que de femmes. Mais les hommes ne sont pas sujets aux troubles alimentaires - pour dix femmes souffrant d'anorexie/boulimie, il n'y a qu'un seul homme.

Les jeunes hommes sont plus susceptibles de souffrir de troubles du spectre autistique, de troubles de la parole, de troubles d'hyperactivité et de troubles déficitaires de l'attention.

Pourquoi la schizophrénie est-elle dangereuse chez les hommes?

La maladie, tout d'abord, est dangereuse pour le patient lui-même, et quel que soit son sexe, en ce qu'en l'absence de traitement, elle progresse. L'intégrité perturbée de la psyché entraîne l'incapacité du patient à contrôler son comportement, à le modifier en fonction des circonstances de la vie, à ne pas aller au-delà des règles sociales, à planifier sa vie et à mettre en œuvre ses plans. Tout cela rend une personne dépendante des autres, de leur aide et de leurs soins, la privant d'indépendance.

Si nous comparons les hommes aux femmes, alors, en général, leurs symptômes douloureux apparaissent plus tôt, et à l'adolescence et à l'adolescence (parfois dans l'enfance), ils ne manifestent en aucun cas des formes bénignes de schizophrénie. Chez l'homme, on observe plus souvent des troubles délirants développés et persistants, un état d'agitation psychomotrice se développe. Néanmoins, un début plus orageux et dramatique, une anomalie de comportement visible, bien qu'elle fasse généralement une forte impression sur les autres, vous permet de commencer le traitement en temps opportun, entraînant moins de dommages pour le psychisme du patient. Le développement lent de la maladie se traduit par un début de traitement plus tardif et des troubles de l'état mental plus importants.

De plus, les hommes sont caractérisés par des combinaisons de schizophrénie avec un comportement antisocial, la toxicomanie, l'alcoolisme, ce qui aggrave l'évolution de la maladie et se reflète davantage dans le statut familial et professionnel.

Le moyen de sortir de la situation est de demander une aide médicale en temps opportun. La schizophrénie est dans la plupart des cas contrôlée par une thérapie psychotrope active, et sa combinaison avec des pratiques de socio-réadaptation permet au patient de retrouver une qualité de vie assez élevée. Le plus grand danger dans la schizophrénie est considéré comme un début tardif du traitement.

Parmi les personnes ayant un comportement criminel particulièrement dangereux, par exemple les tueurs en série, il n'y a pas beaucoup de schizophrènes, parmi les criminels professionnels - aussi. Les patients atteints de schizophrénie, en général, ne représentent pas un danger pour la société. Cela s'explique, tout d'abord, par le fait que le développement de la maladie conduit à la stupéfaction, à l'isolement, à l'isolement du monde extérieur. [2]

Épidémiologie

Les statistiques de morbidité montrent que chez les jeunes patients, la grande majorité des patients de sexe masculin, le pic d'incidence se produit à l'âge de 20-28 ans. Cependant, un tiers des apparitions de schizophrénie surviennent entre 10 et 19 ans et on suppose que toutes les apparitions ne sont pas reconnues. Les garçons parmi les plus jeunes patients sont 1,5 à 2 fois plus nombreux que les filles. La probabilité de développer une schizophrénie à l'adolescence et dans la jeunesse est 3 à 4 fois plus élevée que chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées. Le plus souvent à l'âge de 10-14 ans, une forme continue maligne de la maladie se manifeste, une forme paranoïaque plus douce - après 20-25 ans.  [3].  [4]. [5]

Causes Schizophrénie chez l'homme : causes, types, diagnostic, pronostic

La psychiatrie moderne, basée sur les acquis de la neurophysiologie, considère cette maladie comme le résultat d'une violation des mécanismes des neurotransmetteurs due à des lésions de certaines structures cérébrales, des anomalies structurelles étant déjà présentes lors de la manifestation de la schizophrénie. Il existe des preuves de lésions cérébrales dans les premiers stades de son développement. Par exemple, chez les patients atteints de schizophrénie, une expansion de la cavité du septum transparent et une violation du repliement du cerveau ont été constatées. De telles structures se développent peu après la naissance et restent pratiquement inchangées par la suite. Ces faits confirment la théorie de la neurogenèse de la pathogenèse de la schizophrénie. Les méthodes de recherche modernes ont suggéré que le développement de la maladie est basé sur la dégénérescence des cellules cérébrales, en particulier la matière grise, et / ou un déséquilibre neurochimique, qui a commencé aux stades du développement intra-utérin. Les causes des transformations pathologiques sont les infections périnatales, les intoxications et autres effets nocifs lors de la procréation. Cependant, les découvertes des neuroscientifiques manquent de spécificité et sont inhérentes aux personnes atteintes d'autres maladies psychiatriques.

Une prédisposition génétique a également lieu, elle est confirmée par des études de jumeaux et la présence de troubles structurels chez les proches parents des patients, exprimés dans une moindre mesure. L'hérédité est assez complexe, hypothétiquement plusieurs gènes mutés interagissent, ce qui conduit à une augmentation critique du risque de développer une schizophrénie. Plusieurs processus cérébraux fonctionnels et métaboliques sont vraisemblablement perturbés à la fois, ce qui conduit à des changements mentaux qui s'inscrivent dans des symptômes de type schizophrénie. Mais l'hérédité n'est pas non plus reconnue comme un facteur déterminant, puisque loin de tous les enfants de parents schizophrènes tombent malades, les mutations propres à la schizophrénie n'ont pas été retrouvées. De plus, dans certains cas, les transformations génétiques étaient aléatoires et absentes chez les parents du patient. [6]

L'influence de divers déclencheurs externes est reconnue. Facteurs de risque - conditions de vie dans la petite enfance (famille dysfonctionnelle, pauvreté, solitude, changement fréquent de résidence, intimidation émotionnelle et physique), stress, intoxication, infection, niveau d'activité physique, interactions psychologiques et sociales de diverses natures dans l'enfance et à l'âge adulte uniquement accélérer l'apparition des symptômes de la schizophrénie chez les hommes. Parmi les conditions sociales qui provoquent le développement de la maladie, la vie en zone urbaine est mise en évidence. Un degré d'urbanisation plus élevé chez les personnes génétiquement prédisposées augmente le risque de développer la maladie. Les facteurs de risque psychologiques sont également divers. Les schizophrènes sont très sensibles même aux stimuli négatifs mineurs, ils s'inquiètent souvent de ce qu'une personne ordinaire peut tout simplement ne pas remarquer, même tout facteur de stress farfelu peut servir d'impulsion au développement de la maladie.

L'utilisation de divers types de psychédéliques en tant que tels peut provoquer des symptômes de type schizophrénie, et elle peut se manifester par une intoxication aiguë à la suite de la prise d'une seule dose importante et d'une intoxication chronique avec abus prolongé. De plus, les patients atteints de schizophrénie utilisent souvent des substances psychotropes (le plus souvent l'alcool étant le produit le plus populaire et le plus abordable) pour surmonter leur faim de dopamine caractéristique. Dans de tels cas, il est presque impossible d'établir ce qui était exactement primaire, et si l'on sait avec certitude qu'un état de type schizophrénique est observé chez un alcoolique ou un toxicomane chronique, on lui diagnostique alors une intoxication grave ou un syndrome de sevrage, et pas la schizophrénie.

Les périodes à risque sont des crises associées à des changements de statut hormonal et social. Chez les hommes, c'est l'adolescence où, dans un contexte de restructuration physique et de développement social rapides, se produisent la plupart des débuts de la maladie. La schizophrénie tardive se manifeste chez les hommes prédisposés pendant la période d'atténuation de la fonction sexuelle, qui coïncide également avec des changements de statut social (retraite, perte d'importance antérieure).

Cependant, à cause des seules influences extérieures, on ne devient pas schizophrène. Les facteurs de risque exogènes se superposent à la prédisposition congénitale. Dans l'anamnèse de la plupart des patients, il est impossible de tracer un lien clair entre un certain facteur externe et l'apparition de la maladie. [7]

Facteurs de risque

La schizophrénie est une maladie endogène dont les causes exactes sont encore cachées par un voile de secret. Actuellement, il est considéré comme une conséquence de processus dégénératifs se produisant dans les neurones du cerveau, dont le début est posé au stade de sa formation.

La toxicomanie et divers facteurs de stress peuvent contribuer à l'apparition d'un autre épisode de schizophrénie, cependant, leurs effets seuls ne suffiront pas à développer la maladie.

Chez les individus prédisposés, des facteurs externes peuvent provoquer la première attaque ou le début de la schizophrénie, bien que, en général, la manifestation de la maladie se produise sans lien apparent avec des influences externes. Le plus souvent, les symptômes de la schizophrénie précèdent l'apparition d'un besoin prononcé d'alcool ou d'autres psychédéliques. L'une des raisons pour lesquelles près de la moitié des schizophrènes utilisent des substances psychoactives, et l'alcool est la plus accessible d'entre elles, les experts appellent le désir du patient de neutraliser la peur des changements émotionnels croissants. Et, d'une certaine manière, cela vous permet d'oublier pendant un certain temps, de réduire le stress émotionnel, l'anxiété, de noyer le désir, mais en même temps, une dépendance psychologique se forme.

Un symptôme caractéristique de l'alcoolisme chez un patient atteint de schizophrénie est l'absence de raisons visibles de l'ivresse et la tendance à ne boire que des boissons fortes. L'ivresse acquiert un caractère ivre et l'état d'ivresse s'accompagne d'excitation, d'hystérie et de bouffonneries malveillantes.

Les signes de schizophrénie chez un homme dû à l'alcoolisme peuvent être perceptibles, car il s'agit de délires et d'hallucinations, ainsi que de symptômes négatifs (indifférence croissante, inactivité, apathie). Mais ces signes apparaissent également avec un alcoolisme chronique prolongé. L'état d'agitation psychomotrice qui accompagne le syndrome de sevrage ou l'intoxication alcoolique aiguë ressemble également à l'apparition rapide de la schizophrénie. Dans ce cas, il est presque impossible de différencier ce qui était primaire, par conséquent, les patients qui n'ont pas été précédemment diagnostiqués avec la schizophrénie sont diagnostiqués avec le syndrome de dépendance à l'alcool.

Parfois, les premiers signes de schizophrénie chez un homme en raison du stress peuvent être perceptibles. Mais seule une situation traumatisante pour le développement de la maladie ne suffit pas non plus. Il doit y avoir une prédisposition, peut-être que le processus s'est développé de manière imperceptible, et le stress a provoqué le développement rapide de la maladie. Je répète que dans la plupart des cas, ni les patients ni leurs proches n'associent les premiers symptômes de la maladie à un facteur de stress spécifique. C'est la manifestation inattendue de la schizophrénie en plein bien-être que les experts soulignent comme l'un des signes permettant de suspecter cette maladie.

La schizophrénie ne peut pas se développer sur la base de la jalousie chez les hommes. La base de cette idée fausse est le fait que le délire de jalousie est l'un des thèmes typiques du trouble délirant chez les schizophrènes. La jalousie pathologique n'est pas typique du stade initial de la maladie. Le soi-disant syndrome d'Othello se manifeste généralement chez le sexe fort vers l'âge de 40 ans et, contrairement aux femmes, il s'accompagne de manifestations agressives.

La jalousie morbide est un symptôme courant d'un certain nombre de troubles mentaux. Son développement peut être aggravé par l'alcoolisme, la toxicomanie, les handicaps physiques acquis, une tendance à l'isolement caractéristique de la schizophrénie.

En général, les facteurs psycho-traumatiques externes seuls ne suffisent pas au développement de la schizophrénie. De plus, un tel diagnostic n'est généralement pas posé par des proches, mais par des psychiatres après un examen approfondi et une observation du patient, souvent dans un hôpital. [8]

Pathogénèse

De nombreuses théories tentent d'expliquer la pathogenèse de la schizophrénie du point de vue de la neurobiologie - dopamine, kynuren, GABAergic et autres. Chez les patients atteints de schizophrénie, presque tous les processus de transmission de l'influx nerveux sont affectés d'une manière ou d'une autre, mais jusqu'à présent, aucune des hypothèses ne peut expliquer de manière fiable ce qui se passe de toute façon, pour indiquer avec précision les systèmes cérébraux dont les fonctions se détériorent. De plus, les études portent sur des malades de longue durée sous traitement antipsychotique au long cours, ce qui, d'une part, conduit à la normalisation de certaines structures cérébrales, par exemple les ganglions de la base, et en même temps, sous l'influence de médicaments dans la substance du cerveau, il existe d'autres déformations structurelles et des zones d'ischémie cérébrale. À l'heure actuelle, il n'a pas été possible de séparer complètement l'apport du traitement antipsychotique des anomalies structurelles causées directement par la maladie.  [9], [10]

Symptômes Schizophrénie chez l'homme : causes, types, diagnostic, pronostic

Selon le type d'évolution du processus pathologique, on distingue la schizophrénie continue, dont les manifestations sont toujours présentes, mais peuvent s'exprimer périodiquement dans une mesure plus ou moins grande (caractère auriculaire). Il existe également une psychose récurrente ou circulaire, qui se manifeste périodiquement et ressemble à une psychose maniaco-dépressive, ainsi que la plus courante, mixte ou paroxystique-progressive, lorsque les attaques de la maladie surviennent rarement, après 3 à 5 ans ou plus, mais de rechute en rechute, elles se compliquent et à chaque fois les symptômes négatifs progressent. On l'appelle aussi fourrure - à chaque rechute, le patient s'enfonce plus profondément dans la maladie (schub en allemand - un pas en arrière).

Il existe également des variétés de schizophrénie selon les manifestations cliniques prédominantes.

La forme la plus maligne de la schizophrénie continue, qui touche principalement les patients masculins, se manifeste à l'adolescence (12-15 ans). La schizophrénie juvénile se caractérise par une progression rapide et une augmentation de la dégradation émotionnelle et intellectuelle (correspond à la démence précoce de Kraepelin). Selon ses manifestations caractéristiques, il se divise en trois types principaux :

  • schizophrénie simple - caractérisée par une prédominance de symptômes négatifs et une absence pratique de manifestations productives: des adolescents tout à fait normaux deviennent soudainement insupportables pour les autres - impolis et indifférents aux proches, dans les établissements d'enseignement - absents et paresseux, dorment longtemps, deviennent insociables; se dégradent rapidement - ils deviennent bâclés, gloutons, sexuellement libérés, dans de nombreux cas une agression non motivée envers les autres se manifeste;
  • la schizophrénie hébéphrénique dont le trait distinctif est un trouble du comportement avec ébats grossiers, grimaces, bouffonneries absolument inadaptées à l'âge et à la situation, les patients présentent également une désinhibition sexuelle (masturbation publique, exposition des organes génitaux), gourmandise et négligence, vidange volontaire des intestins et la vessie devant tout le monde dans des endroits inappropriés, littéralement dans la première ou la deuxième année suivant le début de la maladie avec une schizophrénie simple et hébéphrénique, un état final se forme avec perte d'activité mentale et démence, dans le premier cas c'est une indifférence totale, dans le second - la soi-disant démence "maniérée";
  • la schizophrénie catatonique, un trait distinctif est la catatonie, se manifestant par la stupeur (psychose de tension) ou l'excitation, décrite ci-dessus, avec cette forme l'état final («démence muette») se forme en environ deux à trois ans.

La schizophrénie paranoïde chez l'homme débute beaucoup plus tard après 20 voire 25 ans, le développement de la maladie se fait lentement, à travers toutes les étapes et la structure de la personnalité du patient change progressivement. Il se déroule à la fois sous une forme continue et paroxystique-progrédient.

Il y a du délire - persécution, influence, relations, messianisme. Une personne interprète tous les événements et comportements des autres du point de vue des idées délirantes, devient secrète, méfiante, méfiante. Le délire paranoïaque se développe et se complique, des hallucinations apparaissent, plus souvent auditives - des voix ordonnant, discutant, sonnant des pensées, dans ce contexte des automatismes mentaux se forment et le comportement du patient devient psychotique. Ce stade de la maladie est appelé paranoïaque ou hallucinatoire-paranoïaque.

Les patients peuvent développer une catatonie secondaire, les délires deviennent de plus en plus grandioses, une dépersonnalisation délirante peut être observée. Les patients s'imaginent souvent comme des personnages historiques, des députés des dieux, ce qui se remarque dans leur ton condescendant, leur comportement fier, montrant leur sentiment de leur propre supériorité. À ce stade, des symptômes spécifiques de la schizophrénie apparaissent - schizophasie, mentisme, pseudohallucinations, ouverture, retrait ou introduction dans le cerveau de pensées, d'humeurs, de rêves, d'imposition de mouvements, de sentiments, etc. Défaut de personnalité malade. Finalement, la démence paranoïaque se développe. Cependant, c'est cette forme de schizophrénie qui, dans la plupart des cas, est bien contrôlée par les médicaments et le troisième stade de la maladie peut être retardé très longtemps.

Le type d'évolution de la schizophrénie paranoïde de type fourrure (progressif-progressif) se développe d'abord de manière continue, mais se résout rapidement, et le patient peut vivre une vie normale pendant plusieurs années. Puis, au bout de quelques années, la maladie revient, l'attaque se complique et s'allonge dans le temps, mais s'arrête à nouveau. Le patient sort de chaque attaque avec une certaine perte autistique. Auparavant, avant la découverte des neuroleptiques, une troisième ou quatrième crise dans un tel cours conduisait au stade ultime de la maladie. Actuellement, la pharmacothérapie peut retarder et même empêcher le début du retour de la maladie. Sous cette forme, la schizophrénie juvénile (catatonique, hébéphrénique) peut également survenir. C'est plus favorable et un défaut intellectuel plus petit se forme chez les patients qu'avec une forme qui coule en continu.

La schizophrénie récurrente est un développement périodique de psychoses maniaques ou dépressives, plus ou moins déployées, avec des composantes délirantes, hallucinatoires, mixtes, des pseudohallucinations dans le tableau clinique. Ça me rappelle la psychose schizo-affective.

Les attaques maniaques sont des états excités avec des symptômes spécifiques de la schizophrénie (écho de pensées, délire d'influence) jusqu'au développement d'une catatonie oniroïde.

Les crises dépressives se caractérisent par une humeur maussade, des troubles du sommeil, des prémonitions de malheur, de l'anxiété avec des symptômes spécifiques de la schizophrénie (délires de persécution, d'empoisonnement, d'exposition). Un état stuporeux ou oniroïde peut se développer. De telles attaques sont bien stoppées par la drogue, cependant, après leur résolution, les capacités personnelles sont quelque peu perdues.

La schizophrénie lente chez les hommes peut se manifester à tout âge. Au début, il a des symptômes de type névrose. Il est maintenant classé comme trouble de la personnalité schizotypique. La forme la plus bénigne et la moins progressive de la maladie décrite ci-dessus, et n'entraîne souvent pas de perte intellectuelle.

Il n'y a pas de variété telle que la schizophrénie latente chez l'homme, car tant que la maladie est cachée et que ni le patient ni l'environnement n'en sont conscients, elle n'existe pas. Il est impossible de diagnostiquer une maladie mentale asymptomatique.

La schizophrénie alcoolique chez les hommes n'est pas non plus une définition correcte. Comme mentionné précédemment, les schizophrènes sont enclins à boire de l'alcool, mais le développement de la schizophrénie uniquement sur la base de l'alcoolisme n'est pas considéré comme possible par la médecine moderne, bien que la dégradation des neurones cérébraux chez les alcooliques chroniques et le développement de symptômes ressemblant à une psychose schizophréniforme aient lieu.

La forme la plus dangereuse de la maladie est la forme hypertoxique ou fébrile de la schizophrénie. Elle se caractérise par une forte augmentation, au cours des cinq premiers jours, de la température corporelle du patient, sans lien avec l'état somatique ou la thérapie antipsychotique, dans le contexte d'une psychose aiguë évolutive avec des symptômes catatoniques. Le patient est hospitalisé dans un hôpital et reçoit des soins d'urgence, car son état met sa vie en danger. La phase préfébrile est caractérisée par une excitation prononcée: le discours des patients est guindé, incohérent, dénué de sens, les mouvements sont impulsifs et non naturels. Les patients sont exaltés, ne ferment pas la bouche, mais sont quelque peu confus, il existe souvent un syndrome de dépersonnalisation / déréalisation. Parfois, des symptômes de catatonie sont immédiatement observés. Après une augmentation de la température, une excitation catatonique, hébéphrénique ou une stupeur catatonique se joint. Les patients sautent, culbutent, grimacent, crachent, se déshabillent, agressent les autres, plus tard vient une stupeur négativiste avec une augmentation du tonus musculaire et/ou oniroïde.

À l'heure actuelle, un schéma de traitement des crises fébriles de schizophrénie a été développé, ce qui permet d'obtenir une rémission prononcée. Auparavant, le traitement antipsychotique standard était souvent mortel. Une attaque fébrile se manifeste principalement par une schizophrénie semblable à la fourrure, les exacerbations ultérieures chez un patient se déroulent généralement avec une température normale.

Étapes

Comme toute maladie, la schizophrénie se développe par étapes. Cependant, les stades des différentes formes de la maladie s'expriment à des degrés divers et leur durée ne permet pas toujours de bien distinguer chacun d'eux. De plus, il y a une période prodromique où le patient ne se sent pas encore comme tel, et d'autres le considèrent comme étrange, capricieux, incontrôlable, et si cela arrive à un adolescent, alors tout le monde est considéré comme un «âge de transition».

Dans un état pré-morbide, un inconfort interne inexplicable, des douleurs mentales sont généralement ressenties, l'harmonie de l'environnement extérieur et du monde intérieur du patient est perturbée. Mais ces sentiments ne sont pas spécifiques. Ils sont tous là. Cela affecte les comportements contre nature, il est difficile de communiquer avec des amis, des proches et des proches. Une personne se sent spéciale, pas comme les autres. Il « sort » de la société et perd peu à peu contact avec elle. La communication avec les autres fatigue de plus en plus le patient et il préfère la solitude. Parfois, après une telle période, il y a un début violent sous forme de psychose.

Mais souvent, le stade initial de la schizophrénie chez les hommes est caché. C'est ainsi que les formes les plus difficiles à traiter de la schizophrénie juvénile continue, ou un processus lent qui se manifeste aussi souvent chez les adolescents, commencent à l'adolescence. Un symptôme précoce caractéristique peut être un comportement complètement différent, par exemple à la maison et en compagnie d'étrangers (à l'école, au travail, etc.) - «fractionnement du comportement». Parmi les proches, c'est une personne éloquente, prête à parler pendant des heures sur divers sujets, à argumenter jusqu'à l'enrouement, à défendre son opinion, parfois de manière agressive; en compagnie d'inconnus, même connus, il essaie de "garder la tête baissée", se tait, on n'arrive pas à lui soutirer un mot, il est timide et timide.

Au stade initial, lorsque la maladie prend possession d'une personne, la perception du monde, la perception de soi, la connexion des deux sont perturbées. Dans la plupart des cas, des délires et des hallucinations, des pensées obsessionnelles apparaissent. Ces symptômes se produisent souvent par intermittence, augmentant et diminuant. Cela affecte le caractère du malade, cela change - il y a de la prévenance, du refus de communiquer, un désir de solitude. Des questions d'êtres chers comme "Que s'est-il passé?" provoquer des irritations et même de l'agressivité. Néanmoins, le patient parvient souvent à cacher longtemps la tension émotionnelle croissante.

L'un des symptômes les plus typiques de l'apparition de la schizophrénie est la froideur et l'agressivité envers les proches, en particulier envers la mère. Parfois, une illusion de «parents étrangers» se forme - le patient est sûr qu'il a été adopté, remplacé, et quelque part de «vrais» parents le recherchent et l'attendent, et généralement ils se présentent comme des personnes influentes et riches.

Le prodrome et le stade de maîtrise sont caractérisés par un trouble des pulsions. La pyromanie, la kleptomanie, le vagabondage, la propension à un mode de vie antisocial, les perversions sexuelles sont plus perceptibles. Mais les troubles de l'attraction peuvent être plus raffinés, comme le syndrome de lecture excessive, l'exploration de la ville, les itinéraires des transports en commun, etc. Pour de tels passe-temps, toutes les choses nécessaires sont abandonnées, et tous les livres sont lus à la suite sans système ni respect des genres, ou un adolescent se promène dans la ville / prend les transports en commun toute la journée, faisant des plans et des dessins de un règlement "idéal", presque le même. De plus, les patients ne peuvent généralement expliquer clairement ni la nature de leurs activités ni la signification des plans et des schémas.

La prochaine étape est l'adaptation. Le patient est habitué aux voix, "accepte" ses idées, a confiance en son exclusivité, son "talent", etc. Il se cache des ennemis, dessine, invente, suit une épouse infidèle, communique avec un esprit étranger... Les délires et les hallucinations deviennent monnaie courante, deux réalités, réelle et illusoire, coexistent souvent paisiblement dans l'esprit du patient. Dans de nombreux cas, la maladie, qui se développe en douceur et sans psychoses aiguës, ne devient clairement perceptible qu'à ce stade. Pendant cette période, les symptômes douloureux sont clairement visibles, le comportement du patient devient déjà stéréotypé - accompagné de la répétition des mêmes mouvements, grimaces, gestes, mots ou phrases (automatismes).

La dernière étape est la dégradation (épuisement émotionnel et retard mental). La durée de la période qui la précède diffère selon le type de schizophrénie et la sévérité de l'évolution. Dans certains cas bénins, les lésions intellectuelles graves ne se produisent pas du tout ; dans la schizophrénie maligne juvénile, la troisième étape survient rapidement. [11]

Complications et conséquences

La schizophrénie est une maladie mentale progressive. Sans traitement, cela entraîne la perte de la capacité de vivre de manière autonome. Le patient perd progressivement la capacité d'étudier, de travailler et de gagner, la capacité d'exister dans la société est altérée.

Les hommes atteints de schizophrénie abandonnent souvent l'école, travaillent, commencent à errer, tombent sous l'influence d'éléments asociaux, ils sont sujets aux troubles des pulsions, en particulier aux perversions sexuelles.

Environ la moitié des schizophrènes abusent de substances psychoactives, ce qui aggrave l'évolution de la maladie, contribue à augmenter la fréquence des rechutes, des actes suicidaires et violents, et rapproche le développement de l'appauvrissement mental général et de l'auto-isolement. Chez les patients qui utilisent des substances toxiques, la résistance au traitement augmente, la probabilité d'un résultat favorable diminue de manière significative. Au stade final, l'alcoolisme ou la consommation de drogues peuvent s'arrêter spontanément, mais cela indique une augmentation de l'autisme.

Il est plus difficile pour les schizophrènes d'arrêter de fumer, parmi eux il y a trois fois plus de fumeurs que parmi la population en bonne santé mentale. Cette habitude a non seulement un effet néfaste sur l'état somatique du corps, mais inhibe également l'action des antipsychotiques, c'est pourquoi les patients fumeurs ont besoin de doses thérapeutiques plus élevées de médicaments, ce qui entraîne le développement d'effets secondaires.

Les schizophrènes sont beaucoup plus susceptibles d'être des patients traumatisés que les personnes en bonne santé mentale, leurs blessures sont généralement plus graves et leur mortalité est plus élevée.

Les patients atteints de schizophrénie se suicident souvent, en partie dans les premiers stades de la maladie, lorsqu'ils sentent qu'ils perdent la tête, en partie pendant la période de trouble délirant avancé, se considérant indignes de vivre. Parfois, ils peuvent tuer leurs proches avec les «meilleures» intentions afin de les «sauver» du tourment à venir, puis se suicider en se punissant pour cela.

Le danger social des schizophrènes est grandement exagéré. Cependant, il y a un risque. Elle augmente pendant les périodes d'exacerbations, lorsqu'il y a une forte probabilité de développer une agitation psychomotrice.

Les conséquences de la maladie sont réduites avec ses débuts ultérieurs. Une position stable dans la société, des compétences professionnelles élevées et une activité sociale augmentent la probabilité d'un résultat favorable du traitement et du maintien de l'autonomie.

Diagnostics Schizophrénie chez l'homme : causes, types, diagnostic, pronostic

La schizophrénie est diagnostiquée par la présence de certains symptômes cliniques correspondant à cette maladie, sur la base de plaintes du patient lui-même, de ses proches et d'observations à l'hôpital. De plus, des antécédents familiaux sont étudiés, des études de test sont réalisées pour évaluer le niveau de perception mentale chez un patient. Le tableau clinique de la maladie est assez individuel et complexe, mais il doit toujours y avoir une violation de l'unité du processus de pensée, un phénomène spécifique de division de l'esprit, qui est présent chez un schizophrène dès le début. Il peut ne pas y avoir de symptômes productifs, cependant, il y a une absence totale ou partielle de connexions associatives et de clarté de pensée, la capacité de pensées et d'actions utiles. L'un des symptômes centraux est l'aliénation et la froideur envers les personnes les plus proches, une humeur monotone, une augmentation de la passivité et un retrait progressif de toutes les sphères de la vie active. Les manifestations schizophréniformes douloureuses doivent persister pendant au moins six mois. Les analyses et les études instrumentales qui confirment de manière fiable le diagnostic de schizophrénie sont absentes et sont réalisées pour distinguer la schizophrénie des autres maladies dans lesquelles des symptômes similaires sont observés. [12]

Diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel est réalisé avec les névroses et les troubles de la personnalité (psychopathies), les troubles obsessionnels compulsifs et bipolaires , dans lesquels le patient sort d'une crise sans changement de personnalité, c'est-à-dire il n'y a pas de progression inhérente à la véritable schizophrénie.

Par exemple, le trouble bipolaire avec une évolution atypique ressemble fortement à la schizophrénie récurrente, et les deux psychoses sont rapidement arrêtées par des médicaments, cependant, la sortie du stade affectif du trouble bipolaire se caractérise par une restauration complète de toutes les qualités personnelles du patient, tandis que les schizophrènes sortir d'une attaque maniaco-dépressive avec des pertes dans la sphère émotionnelle-volontaire et révéler certains changements - la sociabilité diminue, le cercle des connaissances se rétrécit, une personne devient plus renfermée, réservée.

Les crises aiguës polymorphes de schizophrénie se distinguent des psychoses infectieuses, traumatiques, post-AVC, d'intoxication. La schizophrénie se différencie également de l'épilepsie, des lésions cérébrales organiques et traumatiques, des conséquences chroniques de l'alcoolisme et de la toxicomanie. 

Qui contacter?

Traitement Schizophrénie chez l'homme : causes, types, diagnostic, pronostic

La schizophrénie chez l'homme est-elle curable? Non. Actuellement, une guérison garantie n'est pas possible chez les patients de tout sexe et de tout âge. Le refus de prendre des médicaments entraîne la reprise des attaques de la maladie. Par conséquent, les patients reçoivent un traitement d'entretien à vie. Dans de nombreux cas, cela vous permet d'éviter les exacerbations pendant une longue période et de mener une vie de très haute qualité. [13]

En savoir plus sur le traitement de la schizophrénie chez les hommes dans cet article .

La prévention

Aujourd'hui, il n'y a toujours pas de réponse à la question de l'origine de la schizophrénie, il est donc impossible de déterminer des mesures préventives. Vous pouvez recommander le style d'alimentation mentionné ci-dessus, l'activité physique, le rejet des mauvaises habitudes.

Si une personne est déjà malade, tout traitement se résume à prévenir les exacerbations. Cela dépend beaucoup du patient lui-même et de son environnement, de sa capacité à reconnaître l'exacerbation imminente dans le temps et à agir, de sa volonté de soutenir et d'aider. [14]

Prévoir

La médecine moderne dispose d'un arsenal de médicaments psychotropes et d'autres méthodes qui permettent de maintenir un niveau de vie social assez actif pour la plupart des patients. La schizophrénie chez les hommes commence souvent à un âge précoce et est sévère, mais même dans ce cas, il est difficile de prédire le développement des événements, bien qu'en général, un début tardif soit plus favorable sur le plan pronostique, tout comme le début sous forme de psychose aiguë et des symptômes évidents avec une assistance en temps opportun. Les circonstances aggravantes sont l'abus d'alcool et/ou la toxicomanie.

Cependant, il existe une opinion selon laquelle, quelle que soit la gravité de la maladie et le type de cours, le résultat du traitement est largement déterminé par le choix du patient lui-même - qu'il préfère le monde réel ou illusoire. S'il a quelque chose à retourner dans le monde réel, il reviendra.

L'emploi pour les patients atteints de schizophrénie semble être une tâche très difficile, presque impossible, mais ce n'est pas le cas. Il ne s'agit pas de personnes qui avaient déjà un statut social élevé, un emploi et une certaine autorité. Ils reprennent généralement des activités interrompues. [15]

En général, la présence de travail a un effet positif sur le bien-être émotionnel des patients, augmente leur estime de soi et leur confiance en l'avenir, prend du temps et les détourne d'activités socialement utiles. Souvent, les gens commencent à travailler à temps partiel, puis passent à un emploi à temps plein. Cela dépend beaucoup de l'état du patient et de sa capacité à effectuer certains travaux, à reprendre ses études. Dans la plupart des cas, les personnes atteintes de schizophrénie, tout en suivant un traitement antipsychotique d'entretien, vivent une vie bien remplie et réalisent leur potentiel. Le soutien des proches dans ce cas est également inestimable.

Translation Disclaimer: The original language of this article is Russian. For the convenience of users of the iLive portal who do not speak Russian, this article has been translated into the current language, but has not yet been verified by a native speaker who has the necessary qualifications for this. In this regard, we warn you that the translation of this article may be incorrect, may contain lexical, syntactic and grammatical errors.

You are reporting a typo in the following text:
Simply click the "Send typo report" button to complete the report. You can also include a comment.